AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SOS Détresse Amitié - ft Tyler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Thomas Pea



ϟ Métier : Editeur ϟ Âge : 36 ans ϟ Race et sang : moldu ϟ Statut civil : Amoureux du curé

ϟ Messages : 400 ϟ Date d'inscription : 21/06/2016 ϟ Disponibilité RP : Ouverte ϟ Célébrité : Jim Parsons ϟ Crédits : Presley♥Cash

MessageSujet: SOS Détresse Amitié - ft Tyler   05.12.18 22:49


SOS Détresse Amitié
Tyler & Thomas


Lorsqu'il était sorti de cure, il y a de cela plusieurs mois, on ne lui avait pas seulement tapé dans le dos en lui disant "C'est bon, vas-y !". Le centre de désintoxication où il avait fait ses vingt-huit jours était de ceux qui prenaient le temps de faire rentrer la seule information vitale dans le cerveau du patient addictif : "A présent, tu as devant toi une vie entière de vigilance constante".
Son esprit fonctionnait comme tous les autres accros et Thomas Pea pouvait à tout moment, et très rapidement, reglisser dans la dépendance, on le lui avait bien fait comprendre. C'était à lui, et à lui seul, de repousser chaque jour les mauvaises tentations.
Il n'était pas le seul à souffrir. Il n'était pas le seul à ne pas s'aimer. Ces douleurs là, il devait apprendre à les re-gérer sans drogues. Quotidiennement.

Durant ces sept mois post cure, il avait failli rechuter plusieurs fois, dont une de manière conséquente. Mais Raphaël et Coco avaient été là.
Aujourd'hui cependant, il était seul.
Seul face à une dose qu'il avait trouvé après une fouille folle dans ses affaires et qui avait laissé un bazar à rendre dingue son amant. Il observait avec attention la dose, calmé de l'avoir enfin entre ses mains. Pendant les quarante longues minutes de recherche, il avait constamment hésité sur le moyen de la faire disparaître. Y avait-il une si grande différence entre la prendre ou la jeter ?
Dans son esprit, le calme s'était fait, comme s'il lui laissait le temps de bien réfléchir. Ne dit-on d'ailleurs pas que réfléchir est un mot plus chic pour changer d'avis ? Devait-il se retourner ou continuer d'avancer ? Représenter son addiction par une longue route n'était pas la bonne image. On pouvait toujours trouver une dose en chemin, non ?  Et on pouvait se tromper de direction et se perdre.
Thomas soupira, conscient du danger devant lequel il se trouvait mais étrangement serein face à lui.
Son regard se détourna du Sang de Vampire et se posa au sol. Il avait mis un beau bordel dans ses vêtements, retournant frénétiquement chaque poche. Son étagère de bouquins n'était pas mal non plus : elle avait été vidée, les livres étant ouverts sans ménagement les uns sur les autres sur le sol et c'est bien là dedans qu'il avait caché la "der des der". C'était là également, qu'il avait glissé une petite carte de coordonnées, qui gisait à présent sur la quatrième de couverture du plus gros succès de Moffat, "Le jour du Docteur".

Assis sur son lit, il glissa vers le sol pour se saisir de la carte et y lu le nom "Tyler Lennox". Il fixa longuement les chiffres, se souvenant de ce que Raphaël avait dit de lui mais également, de leur conversation avec l'ancien délinquant ce jour là, devant la tombe.
Au bout d'un moment, il se releva, ses poings serrés fermement, l'un sur la dose et l'autre sur la carte de visite.
Dans un état second, il décrocha le combiné dans le salon et composa son numéro. Pourquoi le sien et pas celui de Raphaël ou de sa soeur ? Ils étaient tous les deux disposés à lâcher dans la minute ce qu'ils étaient en train de faire pour venir à l'appart'.
Pourquoi l'appeler quand Raphaël lui avait demandé de rester éloigner des frères Lennox ? Pourquoi composer les chiffres alors qu'il savait que, si son amant le découvrirait, il en serait profondément blessé ?
Après tout, il n'allait pas plus mal qu'un autre jour. Il avait juste en main une drogue à laquelle il avait longtemps été accro et il avait besoin de le dire à quelqu'un. Quelqu'un qui pourrait peut-être le comprendre sans directement se faire un sang d'encre pour lui.

Il y eut trois tonalités avant qu'on ne décroche. Thomas mit quelques secondes avant de répondre au "Allo" consensuel.

-Allo. J'ai...

Il y eut un silence, sans qu'il ne puisse terminer sa phrase. Puis...

-C'est Thomas.  

Nouveau silence.

-Thomas Pea.


HRPG:
 

———————— ϟ ————————
We read to know we're not alone

A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tyler Lennox
Loyauté



ϟ Métier : FBI ϟ Âge : 37 ans ϟ Race et sang : Moldu ϟ Statut civil : Pour toujours et à jamais <3 Imane Khazen



ϟ Messages : 1063 ϟ Date d'inscription : 30/04/2016 ϟ Disponibilité RP : 1X/semaine ϟ Célébrité : Norman Reedus ϟ Crédits : Moi

MessageSujet: Re: SOS Détresse Amitié - ft Tyler   07.12.18 17:55


SOS détresse amitié
ft Tom & Ty


Comme souvent depuis qu'Imane était partie en Australie, Tyler veillait au bureau jusqu'à très tard la nuit sans compter ses heures. Depuis qu'il était gamin, Tyler n'avait jamais été un grand dormeur, c'était un insomniaque, du moins jusqu'à récemment, jusqu'à ce qu'une certaine personne réussisse le miracle d'apaiser toutes ses angoisses et lui permette enfin de dormir du sommeil du juste. Mais cette même personne était partie depuis presque 6 mois à présent, heureusement, le supplice touchait à sa fin et elles seraient toutes les deux bientôt de retour mais en leur absence, il évitait tant que ce peu de se retrouver dans cette grande maison vide. Il y rentrait bien sur pour s'occuper de Shadow et Belle leurs chats ainsi que de leurs chiens, mais jamais jusqu'alors, la solitude lui avait autant pesé que durant ces 6 longs derniers et interminables mois. Alors, pour la fuir, il s'occupait l'esprit et pour se faire, il travaillait sur des enquêtes laissé en suspend, et ce, encore bien largement après que les lumières des derniers bureaux occupés par les agents du FBI furent éteintes. Tyler aimait cette ambiance, être seul, en pleine nuit, sans avoir à subir le grouillement intempestifs, des  photocopieurs, des téléphones, des va-et-vient ou encore des bavardages de ceux avec qui il était contraint de collaborer. Un rapide coup d'oeil sur sa montre lui indiqua qu'il était presque minuit, et tout était calme et silencieux autour de lui, un peu comme s'il était seul au monde. Passant ses mains sur son visage pour tenter de se réveiller, il se leva de son bureau un café dans une main, une clope dans l'autre, puis, il se positionna devant l'immense baie vitré de son bureau qui lui offrait un panorama époustouflant de la ville de son enfance. La nuit avait beau être bien avancée, la mégalopole grouillait d'activité. Les voitures ne cessaient d'aller et venir dans chaque recoin de la ville. Les volumes des bâtiments et des habitats se dessinaient à l'aide d'un magma de lumières orangées au coeur desquels règnent en maître les deux immenses et imposantes Tours Yaxley, symbole démesuré et politique de New-Phoenix, à l'image de ceux dont elles portaient le nom.
Tyler appréciait de se perdre dans la contemplation de ce paysage nocturne fait de béton, où l'ombre et la lumière s'affrontaient ostensiblement sans la moindre pitié. Ce fut la sonnerie de son téléphone qui le tira de sa contemplation. Surprit que quelqu'un l'appel à une heure aussi avancée de la nuit, il quitta la fenêtre pour s'en retourner à son bureau sur lequel son téléphone portable était resté, à proximité du dossier du médecin légiste qu'il était entrain d'étudier. Posant son café, il s'empara de son téléphone. Ses sourcils se froncèrent en découvrant sur l'écran tactile un numéro de téléphone qui lui était totalement inconnu.

- Allo ?

Ce fut d'abord un silence assourdissant qui lui répondit pourtant il y avait bel et bien quelqu'un à l'autre bout du fils, car il pouvait entendre sa respiration... Durant quelques secondes, il se demanda si ce correspondant mystère n'était pas son frère qui appelait parce qu'il désirait rétablir le contact sans savoir comment 'y prendre pour y parvenir... mais il ne devait pas prendre ses rêves pour la réalité, la seule raison qui pourrait pousser Bradley a téléphoner serait uniquement pour lui demander son aide parce qu'il se serait encore foutu dans une merde pas possible. Pourtant ce fut une toute autre voix que celle de son frère qui fini par lui répondre. Une voix qu'il ne parvint pas à identifier immédiatement. La voix de cet homme, qui avait murmuré quelques mots dans un souffle, paraissait totalement incapable d'aligner deux mots pour former une phrase avant que le silence ne revienne s'installer en maître, entre eux.

- Qui est à l'appareil ?


« C'est Thomas »
entendit-il finalement à l'autre bout du fil sans que ce ne put l'aider pour autant à identifier son correspondant

- Quel Thomas ?  

Ses yeux se plissèrent davantage en entendant ce nom tout droit sorti des tréfonds de son passé. Thomas Pea. Cela faisait bien 6 ou 7 mois déjà qu'il avait croisé le souffre-douleur de son enfance sur la tombe d'Eliàs, comme si ce dernier avait cherché, une dernière fois, de là où il se trouvait, à intervenir pour leur permettre de se dire des choses qui devaient être dites. Aussi surprenant que cela pouvait sembler paraître, Tyler et lui avaient pris un café ensemble. Tyler qui avait eu vent de son addiction au sang de vampire avait griffonné son numéro de téléphone sur une serviette de table en cas de besoin. Un numéro qu'il avait presque aussitôt regretté lui avoir donné lorsque ce dernier lui avait ouvertement avouer être l'amant d'Armand. Déjà que Tyler ne portait pas les homosexuels dans son coeur, découvrir que son ancien voisin s'envoyait en l'air avec le curé de Santa Fe l'avait rendu plutôt mauvais à leur égards. Son premier réflexe fut de diriger son pouce en direction du bouton rouge pour couper immédiatement cours à ce semblant de conversation. Non pas parce que cette saloperie de petite teigne d'Armand avait expressément exigé qu'il reste loin de son amant en se montrant clairement menaçant avec lui, mais parce qu'il ne voulait rien avoir à faire avec un type qui s'envoyait en l'air avec un putain de prêtre. Pourtant, malgré sa répugnance, son geste fut retenu par sa conscience qui lui rappelait insidieusement ce qu'il devait à Thomas. Sans sa rapidité de réaction, sans Thomas, il serait probablement mort depuis bien longtemps... si son ancien voisin n'avait pas contacté Eliàs pour que Bradley vienne le chercher, son père l'aurait probablement tué cette nuit-là. Il s'en était d'ailleurs fallut de peu pour qu'il s'en sorte. Malgré la répulsion qu'il lui inspirait à l'époque Thomas lui avait apporté son aide, aujourd'hui c'était à son tour de lui rendre la pareille. Retirant son pouce du bouton rouge qu'il s'apprêter à toucher, il lâcha un discret soupir tout en portant sa main dans ses cheveux. Si Thomas l'appelait soudainement après autant de temps de silence c'était probablement pour une bonne raison, et Tyler avait sa petite idée sur les raisons de son appel.

- Où est-ce que t'es ?


Il était inutile de perdre son temps à lui demander comment il allait car si la réponse était positive, ils n'auraient surement pas cette conversation à l'heure actuelle. Alors que savoir où il se trouvait afin de le rejoindre où dans le pire des cas lui envoyer des secours si cela s'avérait nécessaire, était bien plus utile

- Qu'est-ce tu fous ?
Demanda-t-il en prenant place dans son fauteuil.


———————— ϟ ————————
Take me as I am, take my life
Look into my eyes – you will see, What you mean to me. Search your heart, search your soul and when you find me there you'll search no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Thomas Pea



ϟ Métier : Editeur ϟ Âge : 36 ans ϟ Race et sang : moldu ϟ Statut civil : Amoureux du curé

ϟ Messages : 400 ϟ Date d'inscription : 21/06/2016 ϟ Disponibilité RP : Ouverte ϟ Célébrité : Jim Parsons ϟ Crédits : Presley♥Cash

MessageSujet: Re: SOS Détresse Amitié - ft Tyler   08.12.18 18:52


SOS Détresse Amitié
Tyler & Thomas



Maintenant qu'il avait dit son prénom, et qu'il avait complété en ajoutant, comme un bon élève, son nom de famille, il était impossible pour Thomas de lâchement raccrocher sans s'expliquer.
Combien de fois avait-il cédé à cette facilité ? Raccrocher avant qu'on puisse l'identifier ? Facile et sans risque si on savait comment masquer son numéro. Tom avait en horreur les conversations téléphoniques. Il avait toujours préféré les SMS ou les emails. Par écrit, il pouvait toujours prendre le temps de choisir les bons mots et les bonnes tournures de phrases. Par écrit, il pouvait s'exprimer, en restant protégé par une feuille de papier ou par un écran.
Il n'avait jamais su communiquer à l'oral. Sa gorge le serrait, son esprit s'embrouillait et il passait quasi toujours pour une personne débile mentale.
Mais l'éditeur se connaissait, et même plutôt bien, après trente-six années de vie. Et il savait que son incapacité à communiquer verbalement devenait secondaire face au danger dans lequel il se trouvait présentement.
Il savait aussi qu'il ne pouvait supporter être la cause de détresse chez les personnes qu'il aimait. Ces raisons l'avaient donc poussées, de manière presque inconsciente, à entrer les chiffres du numéro de Tyler Lennox sur le clavier de téléphone.
Et voilà qu'il était devant le fait accompli et que son ancien voisin tyrannique lui demandait où il était.

-Chez moi, parvint-il à déclarer d'une voix étouffé.

Chez lui, oui. Avec sa soeur, ils avaient investi dans un appartement plus grand pour continuer de vivre ensemble. Coco était chez Philip de plus en plus souvent. Peut-être qu'elle regrettait son choix d'être officiellement devenue sa colloc. Enfants et adolescents, ils n'avaient pourtant jamais eu de disputes de "vie commune" qui auraient pu, comme bien souvent chez les frères et soeurs, leur faire dire qu'ils ne pourraient plus jamais habiter ensemble. Lui, il aimait bien la présence rayonnante de sa petite soeur qui pétillait de vie et  de projets. Mais elle ? Elle devait avoir besoin de créer son propre cocon avec son amoureux. Comme lui avec le sien.
Car leur appart était également bien souvent occupé par Raphaël. Tom s'était habitué à sa présence rassurante et aimante. Une vague de culpabilité s'empara de lui lorsqu'il pensa à son amant et il préféra l'occulter en secouant la tête.

Tyler, qui avait déjà du comprendre ce qui se passait, posait les bonnes questions, avec son tact légendaire. Mais en ce moment, Tom n'avait pas besoin de tact. Il avait besoin qu'on lui dise ce qu'il devait faire.
Ca pourrait paraître si simple d'un point de vue extérieur. Evidemment que toute personne censée vous dira de lâcher la drogue. C'était le genre de personne qui pensait connaître les difficultés par lesquelles l'esprit d'un accro passait, sans pour autant les comprendre réellement. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle, un centre de désintoxication vous assigne un "Parrain" qui est passé par tout ça.
Mais téléphoner à son Parrain était hors de question. Ce mec lui fichait la trouille en lui rappelant physiquement le Roi des Vampires. Alors, il avait beau être passé par la même merde que lui, Tom n'était pas parvenu à faire confiance à Zadko Preskovic. Même dans son nom, les consonances venant de l'est faisait un parallèle avec Sa Majesté Andropov, alors que Zadko devait sans doute être un type très bien. C'était plus fort que lui. La nuit de terreur qu'il avait passé en compagnie des vampires le hantait encore. Leur menace était restée la plus forte arme contre une rechute.
Peut-être aurait-il dû téléphoner à Monsieur Preskovic, donc...

La deuxième question de Tyler était aussi directe que ce qu'il avait espéré. Parce que dans son "Qu'est ce que tu fous?", il y avait un sous-entendu explicite entre eux de ne pas tourner autour du pot.

-J'ai cherché et retrouvé ma dernière dose.

Il semblait important à l'éditeur de lui préciser qu'il l'avait consciemment cherché et qu'il n'était pas tombé dessus par hasard. Ca montrait aussi que, maintenant qu'il avait atteint son but, il ne savait plus quoi faire.
Et qu'il avait besoin de son aide.

———————— ϟ ————————
We read to know we're not alone

A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Tyler Lennox
Loyauté



ϟ Métier : FBI ϟ Âge : 37 ans ϟ Race et sang : Moldu ϟ Statut civil : Pour toujours et à jamais <3 Imane Khazen



ϟ Messages : 1063 ϟ Date d'inscription : 30/04/2016 ϟ Disponibilité RP : 1X/semaine ϟ Célébrité : Norman Reedus ϟ Crédits : Moi

MessageSujet: Re: SOS Détresse Amitié - ft Tyler   05.01.19 20:35


SOS détresse amitié
ft Tom & Ty


D'aussi loin qu'il se souvienne, Thomas mettait toujours énormément de temps à répondre à une question aussi simple que celle qu'il venait de lui poser. C'était un peu comme si l'information mettait un temps considérable à atteindre son cerveau avant d'être enfin compris. Puis, une fois la partie décodage terminé, il se mettait à réfléchir longuement sur la manière dont il devait tourner sa réponse avant de parvenir à la formuler d'une voix mal assurée, fluette et à peine audible, comme s'il risquait de donner une très mauvaise réponse alors qu'il n'y avait pourtant aucune mauvaise réponse. C'était un comportement qu'il lui avait toujours connu et qu'il n'avait visiblement pas abandonné en vieillissant à en juger par leur dernier face à face dans ce café.
Pourtant, cette fois, les choses était quelques peu différentes. S'il avait hésiter à se présenter, il avait été beaucoup plus prompt à répondre lorsqu'il lui avait demandé où il se trouvait. La réponse n'avait pas tardé, elle avait même fusé, comme si Thomas avait lui-même conscience de l'urgence de la situation. Il se trouvait chez lui, et visiblement seul, sans quoi, il était évident qu'il ne l'aurait jamais appelé.
L'éditeur s'apprêtait à faire une connerie, et Tyler savait très bien de quelle connerie il s'agissait. Des camés, il en avait connu beaucoup, rares cependant étaient ceux qui reconnaissaient avoir besoin d'aide, ou qui en demandait quand ils sentaient qu'ils étaient sur le point de replonger. A la seconde question qu'il lui posa, la réponse fut tout aussi directe mais beaucoup plus précise. Elle avait été prononcé dans un souffle, comme si, tel un plongeur en apnée, Thomas avait cherché a retenir sa respiration avant de se lancer. Se passant la main sur le visage, Tyler fini par s'installer dans le fauteuil de son bureau, sans quitter du regard le panorama nocturne que la ville tentaculaire de New-Phoenix lui offrait.

- Qu'est-ce que tu fou avec une dose chez toi ? T'étais pas censé te débarrasser de toutes ces merdes ?

Tyler attendit sa réponse avant de poursuivre

- Bien et maintenant ? Qu'est-ce que tu comptes faire avec ?


La réponse était évidente : Thomas n'en n'avait pas la moindre idée.
Comme Thomas l'avait lui-même reconnu, il avait cherché et retrouvé cette dernière dose qu'il avait si précieusement dissimulé aux yeux de tous. S'il l'avait conservé aussi longtemps, ce n'était certainement pas pour la jeter 8 ou 9 mois plus tard, mais parce qu'il avait ressenti un manque, ce besoin irrépressible d'en prendre à nouveau. Pour quelle raison ? Qu'est-ce qui l'avait poussé subitement à avoir envie de replonger ? Il l'ignorait pour le moment, mais ce serait sa prochaine question. Pour l'heure, il voulait entendre Thomas lui expliquer ce qu'il comptait faire avec cette précieuse dernière petite dose qu'il tenait entre ses mains. Ce n'était pas tant pour lui qu'il lui posait cette question, car après tout, il avait parfaitement compris ses intentions, c'était plutôt une manière détourné d'obliger Thomas à prendre conscience de ce qu'il s'apprêtait à faire en s'entendant l'énoncer à voix haute.
Comme n'importe quel accroc, Thomas mourait d'envie de prendre cette irrésistible dernière dose qui parviendrait à le soulager, à lui faire oublier tous ses problèmes,.. mais tout ceci n'était qu'une illusion et ils le savaient tous les deux. Prendre cette merde ne résoudrait rien, c'était même tout l'inverse.
Thomas ne s'en rendait probablement compte pour le moment, mais il n'en n'était qu'au début de son combat. Si le sevrage physique était plutôt rapide, le sevrage psychique lui, se comptait en années et les rechutes étaient tout ce qu'il y avait de plus normal, cela faisait parti du processus de guérison. Thomas aurait pu prendre cette fichue dose pourtant il ne l'avait pas encore fait, au contraire, il l'avait appelé parce qu'il recherchait de l'aide. Son aide. Thomas se trouvait actuellement tiraillé entre son envie de céder à la tentation, mais également son besoin de lui résister, et si ce simple appel était en soi déjà une belle victoire, il avait bien conscience que c'était une prouesse qu'il ne réussirait pas tout seul, mais au moins, Thomas prouvait qu'il désirait vraiment s'en sortir.

- Qu'est-ce qui t'a donné envie d'en reprendre après tous ces mois d'abstinence ? Pourquoi ce soir ?

S'était-il passé quelque chose qui lui avait donné envie de replonger ? Ou était-ce tout simplement de vieux réflexes qui refaisaient surface ?


———————— ϟ ————————
Take me as I am, take my life
Look into my eyes – you will see, What you mean to me. Search your heart, search your soul and when you find me there you'll search no more.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Thomas Pea



ϟ Métier : Editeur ϟ Âge : 36 ans ϟ Race et sang : moldu ϟ Statut civil : Amoureux du curé

ϟ Messages : 400 ϟ Date d'inscription : 21/06/2016 ϟ Disponibilité RP : Ouverte ϟ Célébrité : Jim Parsons ϟ Crédits : Presley♥Cash

MessageSujet: Re: SOS Détresse Amitié - ft Tyler   04.02.19 14:48


SOS Détresse Amitié
Tyler & Thomas



Le combiné calé entre son épaule et son oreille, Thomas avait les deux mains jointes, et fixait ce qui se trouvait dans sa paume.
Le danger qu'il pressentait était puissant et semblait s'être infiltré chez lui comme une brume invisible. Et plus vicieux que la terreur qu'il ressentait au creux de son estomac, l'éditeur éprouvait également une enivrante excitation.
C'était sa dernière dose.
Chaque élément de son corps, prit séparément, lui hurlait d'aller jeter cette merde dans la cuvette de la toilette : son cerveau, son cœur... Mais lorsque ceux-ci étaient considérés comme un tout uniforme, lorsque son corps devenait une entité solidaire, Thomas désirait faire disparaître cette drogue en lui. Comme si une main invisible prenait possession de sa volonté en emprisonnant sa raison qui vibrait avec force dans chacune partie de sa personne.

Il est tellement difficile d'expliquer la logique d'un ancien drogué. Son esprit dérangé était comme déjà sous l'effet de ce qui était toujours dans sa paume.
On aurait pu le croire en transe, en train de prier un Dieu quelconque, sous l'emprise d'une secte puisque son esprit était trop faible pour vivre sans aide externe.
Mais il n'était pas la seul.
Une voix bourrue, surgie de son passé, lui posait des questions pour le maintenir connecté à la réalité où il savait qu'il ne pouvait pas replonger.

Qu'est-ce qu'il foutait avec une dose chez lui ? Et surtout, comment sa petite soeur ou Raphaël n'étaient-ils pas encore tombé dessus avant lui ?

-J'sais pas...

L'avait-il oublié ? Oublié qu'une dose se trouvait si près de lui et s'en était subitement rappelé aujourd'hui ? Ou l'avait-il toujours su ? Cachant la drogue où il pourrait l'oublier ?

Que comptait-il faire ?
Il eut un silence.

-Ce que je compte faire ? Répéta-il, hébété.

Il avait deux choix : la prendre ou la jeter.
Un choix si simple ou pourtant, si compliqué...
Etre ou ne pas être ?
Continuer ou reculer ?
La prendre ou la jeter ?

-Je dois la jeter mais... j'ai... j'ai envie de...

Il ne termina pas sa phrase, laissant place à un silence éloquent. Thomas avait envie de planer, ça faisait si longtemps... Il avait envie de s'oublier, juste une fois, une dernière fois, qu'est-ce que ça allait changer ? Personne ne pourrait le savoir. Il pourrait dire à Tyler Lennox qu'il allait la jeter, raccrocher, et profiter de quelques heures de sérénité seul.

Qu'est-ce qui lui avait pris de la retrouver ? De fouiller comme un dératé dans ses affaires, fou comme un lion en cage, fou comme s'il était en manque ?
Une boule énorme vint se loger dans sa gorge, l'empêchant momentanément de prononcer toutes tentatives de réponse.
Ce soir, n'avait rien de plus horrible que les autres soirs.
Ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait seul.
Pourquoi alors, avait-il décidé de mettre sa chambre sans dessus dessous ?

-J'sais pas... Réussit-il à articuler. Je voulais... J'ai eu envie de...

Il changea de position, refermant dans sa paume la dose, pour libérer une de ses mains et reprendre le combiné.
Il ne savait pas ce qui c'était passé. Il ne comprenait pas pourquoi, subitement, l'envie de s'en débarrasser avait été aussi brûlante que le désir d'en reprendre.

-Qu'est-ce que j'fais ? Murmura-t-il très vite.

Il était paralysé, ne parvenant pas à prendre une décision.


———————— ϟ ————————
We read to know we're not alone

A reader lives a thousand lives before he dies. The man who never reads lives only one.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: SOS Détresse Amitié - ft Tyler   

Revenir en haut Aller en bas
 

SOS Détresse Amitié - ft Tyler

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SOS détresse amitié, bonjour ?
» L'amitié n'a pas de prix...(PV : Petit Lagon)
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» ce merveilleux mot Amitié
» Amitié animale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bellum Orbis :: Les contes de Beedle le Bard :: La pensine-