AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Aurelia C. Jenkins

How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel  Tumblr_ox5rhkTpqs1vlof75o8_400

ϟ Métier : Sans Emploi ϟ Âge : 22 ans ϟ Race et sang : Sang Pur ♦ Mages Fondateurs ϟ Particularité : Trouble de la personnalité multiple ϟ Statut civil : Fiancée

How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel  19355780

ϟ Messages : 430 ϟ Date d'inscription : 23/11/2014 ϟ Disponibilité RP : Disponible 1/2 ϟ Célébrité : Jennifer Lawrence ϟ Pseudo : Atae ϟ Crédits : omgsolame & Tumblr

How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel  Empty
MessageSujet: How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel    How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel  Empty02.03.18 23:46


How do you feel...
ft @Zachary Heel & Aurelia C. Jenkins



Aurelia ne se rappelait plus où elle avait appris la nouvelle. Était-ce dans le journal du matin qu'elle recevait pendant son petit déjeuner, pendant une de ces rondes au jardin botanique de la ville de New Phoenix où elle travaillait, ou bien était-ce au cours d'un de ces après-midi thé et sandwich aux concombres chez sa logeuse ? Elle n'arrivait plus à se rappeler de quand c'était, mais ce dont elle était certaine, c'est c'est que cela avait été une surprise que de découvrir que Zachary avait été libéré. Son emprisonnement forcé par les Inquisiteurs avaient pris fin et c'était une certaine victoire. La sorcière avait été si heureuse de découvrir cette nouvelle. Elle s'était beaucoup inquiétée pour lui. Tout ce qu'elle avait entendu sur eux, chez les Mages Fondateurs, n'avait été que récriminations. Les Mages avaient encore une dent contre les Inquisiteurs depuis la bataille de Boston. On les blâmait facilement pour avoir induit de si lourdes pertes à la capitale des Mages Fondateurs.  Aurelia se souvenait encore des cris de son père quand on évoquait le sujet. Invariablement, elle se sentait prise d'une immense tristesse en pensant à son père qui était décédé, assassiné par les pro-moldus. Aurelia avait toujours eu des rapports froids avec son père, mais cela ne l'avait jamais empêché de l'aimer. Apprendre sa mort avait été un choc. Elle n'avait pas pu lui dire au revoir proprement, car lorsqu'elle s'était enfuie, elle n'avait guère pris le temps de faire ses adieux. Elle avait simplement suivi l'impulsion du moment. Aujourd'hui, elle regrettait un peu de ne pas avoir pris le temps de laisser une lettre. Ça n'aurait pas changé grand-chose au final, mais elle aurait moins eu l'impression de partir comme une voleuse. La sorcière avait depuis peu repris contact avec sa soeur et son frère. Sa mère, elle, refusait toujours e lui adresser la parole tant qu'elle ne serait pas rentrée chez eux, mais Aurelia, qui avait goûté à l'indépendance, n'était pas prête à abandonner cela maintenant.

Quant aux Partisans du Nouveau Monde, elle ne savait pas trop ce qu'ils en pensaient, mais elle n'était pas certaine qu'ils aient des commentaires plus élogieux. Aurelia n'en fréquentait pas tant que cela. La sorcière n'en connaissait que trois, mais ce n'était que des sorciers. Elle avait encore un peu de mal à se trouver en compagnie de moldus. C'était les restes de son éducation. Elle essayait de faire des efforts, mais elle expérimentait son lot de choc culturels. Il y avait aussi eu des fois où elle avait laissé la place accidentellement à ses personnalités multiples. Il était de plus en plus difficile de les retenir. Les potions faisaient moins d'effet, c'était vraiment apparent et Aurelia ne savait pas quoi faire contre cela. Elle savait qu'il lui fallait trouver quelqu'un pour essayer de l'aider, mais chaque fois qu'elle trouvait le courage, elle repensait à Percival et cela lui faisait passer toute envie d'aller chercher conseil auprès d'un guérisseur ou d'une médicomage. Cecily avait failli créer un esclandre avec ses propos anti-moldus et Elizabeth avait encore fait parler ses hormones avant toute autre chose. Aurelia avait plus peur des interventions de cette dernière. Cecily, c'était une chose, elle la connaissait depuis fort longtemps et elle était plus facile à prendre, alors que Elizabeth était bien plus dangereuse avec sa libido sans limites. Shin Ho restait le plus inoffensif. Malgré ses petits tracas, Aurelia continuait bon gré, mal gré, sur le long chemin de l'indépendance. Lorsqu'elle avait appris la nouvelle, elle avait décidé de rejoindre son ami pour vérifier comment il allait. Il avait déjà fallu d'abord retrouver où il devait habiter. Une de leur conversation lui était revenu et elle se souvenait qu'il lui avait parlé de son logis dans le Montana. Aurelia avait un peu d'appréhension avant de s'y rendre. Elle n'était pas habituée aux voyages, mais Zachary était son ami et elle voulait être certaine qu'il allait bien. C'est pourquoi elle dépassa ses peurs et prit son courage à deux mains pour aller là-bas.

Le Montana était un état plutôt rural dont les paysages alternaient entre les montagnes aux sommets imposants et des vastes plaines. Le tout était parsemé de canyons et de cascades, avec le fleuve du Missouri qui passait à travers l’État. Aurelia n’avait jamais eu l’occasion de s’y rendre et elle observait l’endroit du haut de son balais avec toute l’admiration qu’une première rencontre peut offrir. C’était si grand que cela lui donnait presque le tournis. Boston était finalement une si petite ville, surtout depuis que seul les sorciers peuplaient la ville et les territoires aux alentours. Il y avait finalement peu de sorciers. En tout cas, beaucoup moins que ce que l’on pouvait imaginer. Aurelia s’en était d’autant plus rendu compte lorsqu’elle était venue s’installer à New Phoenix. La ville était si bruyante et pleine de vie, que le Montana lui semblait tout d’un coup un endroit bien silencieux. Pourtant, la vie champêtre et la nature avaient leurs propres sons, mais c’était une musique plus calme qu’elles offraient par rapport à la ville. Finalement, c’était une situation plaisante pour la jeune femme et son appréhension diminua d’autant. Enfin, elle finit par arriver à destination. Elle descendit de son balai et mit pied à terre. Devant elle, entre quelques sapins, comme caché dans un écrin de végétation, se trouvait la maison de son ami. Elle était construite avec des gros rondins de bois, ni trop grande, ni trop petite. Maintenant qu'elle se trouvait devant l'entrée, toute son anxiété lui revenait. Le charme de la campagne ne suffisait plus. Aurelia se demandait si elle faisait bien de venir comme cela, sans y être invité. Lorsqu'elle avait fait parvenir un courrier à la seule personne qu'elle pensait être à même de l'informer de l'endroit où elle pourrait trouver Zachary, elle n'avait pas pensé longtemps avant de prendre son balais et de partir. L'impulsivité semblait devenir une de ces caractéristiques et elle n'était pas certaine d'en trouver tous les bénéfices. Que ferrait-elle si Zachary n'avait pas envie de lui parler ? Après tout, il venait de vivre une expérience plus que traumatisante et Merlin seul savait ce qu'on lui avait fait subir là-bas.

Ses angoisses et questionnements avaient tôt fait de réveiller l'endroit étrange où semblait résider ses personnalités multiples. Parfois, Aurelia avait l'impression que la potion ne faisait que les retenir, mais qu'ils étaient toujours présents dans sa tête, à parler sans cesse et à se chamailler, comme toujours. Aussi étrange que cela puisse être, elle avait presque l'impression de s'y habituer... Ce qui ne pouvait vraiment être une bonne chose. Cela lui rappelait qu'il fallait absolument qu'elle retrouve Juliet pour l'interroger sur ce sujet. Elle était la seule personne qui semblait comprendre le problème dans son entièreté. Cependant, cela faisait des mois qu'elle n'avait pas eus de nouvelle de son amie. Aurelia avait mis cela sur le compte de tous les événements récents, mais il lui semblait que ce silence radio durait depuis bien avant les événements fâcheux et terribles de cette année meurtrière. De toutes les personnalités, Cecily était celle dont la voix lui parvenait toujours en premier, le plus clairement possible. Elle avait toujours son mot à dire sur tout et la situation présente n'échappait pas à la règle. C'est d'une voix agacée qu'elle s'adressa à Aurelia :

« Faisons demi-tour ! Mieux rentrons chez nous, à Boston ! Qu'importe ce sorcier ! Tu as assez joué à New Phoenix. Ulrich est même venu te chercher et tu as préféré resté. Quand vas-tu enfin agir comme une adulte ? »

Aussi étrange que cela puisse paraître. Les récriminations de Cecily eurent l'effet inverse et elles donnèrent la force à Aurelia de dépasser ses appréhensions pour pouvoir aller frapper à la porte, d'un pas décidé. Elle frappa deux fois et soudain la porte s'ouvrit...

« Zach ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Zachary Heel

How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel  Matthew-cuteness

ϟ Métier : Gardien de dragon ϟ Âge : 24 ans ϟ Race et sang : Sang-pur ϟ Particularité : Occlumens et Fourchlang ϟ Messages : 2217 ϟ Date d'inscription : 16/06/2014 ϟ Disponibilité RP : Répond 1x par semaine minimum ϟ Célébrité : Craig Horner ϟ Crédits : Moi

How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel  Empty
MessageSujet: Re: How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel    How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel  Empty26.05.18 13:52


How do you feel... ?
Zach et Aurélia

Depuis qu'il était revenu chez lui, dans le Montana, Zachary avait reprit ses petites habitudes qui dans le fond ne l'avait jamais réellement quitté. Il se levait avec le soleil, prenait un costaud petit déjeuner et dès qu'il avait fini,il s'occupait des menus travaux dont son chalet avait plus que besoin tel qu'arracher les mauvaises herbes, s'occuper de l'écurie de Balham, renouveler son foin, repeindre les encadrements des fenêtres, couper du bois,... la matinée passait toujours très vite et une fois qu'il avait terminé ce qu'il avait à faire, il prenait son déjeuner. En journée, il n'était pas rare de le voir chevaucher Balham et que ce fut à travers les sentiers de la magnifique forets du Montana ou dans les airs parmis les nuages. Les balades en compagnie du sombral restait le meilleur moment de la journée. Il lui était arrivé de croiser ses deux amis centaures Aeris et Solas qu'il n'avait pas revu depuis beaucoup trop longtemps à son goût, depuis son départ pour la métropole en janvier de cette année. Ses deux amis ignoraient tout de sa récente captivité en tout cas, s'ils l'étaient, Zachary leur était reconnaissant de faire comme s'il n'en n'était rien. Le soir, à la tombée de la nuit, il restait un petit moment seul avec ses pensées, sur le perron à grignoter quelque chose avant d'aller se coucher.

Il n'était pas rare de voir Ernie passer prendre de ses nouvelles régulièrement. Zachary pouvait lire dans son regard à quel point son oncle s'inquiétait encore un peu pour lui et qu'il préférait surement le savoir à ses côtés à Boston, mais il n'était plus un enfant et bien qu'il comprenait pourquoi son oncle réagissait de la sorte, ce dernier était assez généreux pour faire taire ses inquiétudes et passer ses envies après les siens en respectant sa décision, ce qui n'était pas réellement le cas de Livie qui se sentait trahie et abandonnée. Plus le temps passait et moins ils parvenaient à se comprendre. Lorsqu'il était au Bastion celle qu'il désirait le plus retrouver, en dehors d'Ernie, c'était Livie mais leurs retrouvailles furent loin d'être celle qu'il s'était imaginé. Plus le temps passait et moins il avait l'impression de la comprendre et plus il sentait qu'elle lui en voulait, cela faisait d'ailleurs quelques jours qu'il n'avait plus de ses nouvelles. Leurs échanges téléphoniques, de plus en plus court, était des plus parlant, c'était un peu comme s'ils n'avaient plus rien à se dire. Cette séparation forcée leur avait couté beaucoup plus qu'il ne l'aurait imaginé. Une part de lui-même ne pouvait s'empêcher de culpabiliser terriblement de faire ainsi passer ses besoins avant ceux de Livie et de leur couple mettant par la-même leur relation en danger, mais Zachary avait parfaitement conscience que s'il voulait se reconstruire il devait impérativement se ressourcer ici, chez lui, dans le Montana. Renouer avec ses racines lui faisait incontestablement du bien, mais il sentait également que plus il y passait du temps et moins il avait envie d'en repartir. Reprendrait-il son travail à la réserve de New-Phoenix ? Rien n'était moins sur. Il adorait son travail, ses collègues, et les dragons restaient et resteraient probablement toujours l'une de ses plus grandes passion. Devenir gardien de dragon était une véritable vocation et puis surtout il y avait Livie, mais plus le temps passait et moins il avait envie de quitter son véritable chez-lui. Pour l'heure la question ne se posait pas car il n'avait toujours pas retrouver ses pouvoirs mais tôt ou tard il savait qu'il lui faudrait prendre une décision : Retourner à New-Phoenix ou rester ici, dans le Montana ? Si telle était le cas, est-ce que Livie accepterait de le suivre et de se plier à son nouveau caprice ?

La visite surprise de Khaaleb, outre d'être des plus agréables et réconfortantes lui avait véritablement fait beaucoup de bien. Parler avec son ami de choses qu'il n'avait pu confier à personne, pas même à Ernie lui avait permi de se soulager d'un certain poids sur ses épaules. Il n'en n'avait pas eut conscience jusque là, mais garder tous les secrets de Livie, ne pas parvenir à les résoudre, ne pas réussir à la soulager, l'avait beaucoup miné. Même s'il ignorait encore comment Zach comptait bien y parvenir, quoi que l'avenir leur réserve. Et puis apprendre que son ami était tombé amoureux lui avait fait ressentir une immense joie pour ce dernier. Si dans les faits Zachary ne connaissait pas Khaaleb depuis très longtemps, il le connaissait suffisamment pour savoir que l'homme n'avait pas pour habitude d'éprouver ce genre de sentiments envers une femme régulièrement. A vrai dire, c'était la première fois qu'il le voyait sourire de cette manière à l'évocation d'une femme, c'était même la première fois qu'il le voyait lui parler d'une femme de cette manière et il s'en réjouissait sincèrement. Il ne connaissait pas les difficultés auxquels il devait faire face avec elle, mais Zachary espérait sincèrement qu'ils parviendraient à les surmonter, tout comme il l'espérait pour lui et Livie.

Ce matin-là, Zachary s'était rendu chez le vieux Silk, un homme d'un certain âge, sorcier de son état, qu'il connaissait depuis toujours. Il n'était pas rare, lorsque son père l'emmenait avec lui faire de longues balades en forêt lorsqu'il était petit, qu'ils s'arrêtent chez le vieil homme pour y boire un bon jus de pommes bien frais en été issu du jardin du vieil homme ou un excellent chocolat bien chaud après avoir affronté le froid mordant de l'hiver. L'enfant qu'il était alors, avait toujours été intrigué et impressionné par cet homme au faciès sévère et peu avenant. Et bien qu'il s'agissait incontestablement d'un original qui jouait beaucoup sur la crédulité de l'enfant qu'il fut, l'homme avait toujours eu beaucoup d'affection pour ce petit garçon souriant et espiègle toujours couvert de terre qui venait s'aventurer jusque chez lui pour lui chaparder avec bravoure une ou deux pommes de son pommier. Les années n'avaient eu aucune pitié avec le vieux Silk qui s'était affaiblit tant physiquement que mentalement. Il continuait de vivre seul car il était bien trop obstiné pour reconnaître qu'il avait besoin d'aide alors Zachary avait pris l'habitude de venir le voir et de lui rendre quelques menus services en lui faisant croire que c'était lui, Silk, qui lui rendait service en lui permettant de bricoler un peu chez lui, ce qui n'était pas totalement faux. L'homme était-il réellement dupe ou faisait-il semblant de l'être, Zachary n'aurait su le dire avec précision, mais peu importait dans le fond car après tout, en lui permettant d'effectuer certaines tâches chez lui, il lui permettait de s'occuper et de se vider l'esprit tout en étant en agréable compagnie.
La hache s'abattait une à une sur les différentes buches qu'il avait déjà scié la veille. La pluie qui avait commencé à tomber légèrement rafraichissait ses muscles sous sa peau brûlante et en sueur sous le coup de l'effort. Lorsqu'une bûche se montrait plus résistantes que les autres, il imaginait qu'il s'agissait de Ben qui l'avait abandonné à son sort sans se soucier ne serait-ce qu'une seule minute de ce qui pouvait lui arriver. Pour varier les plaisir, il arrivait que Ben soit remplacé par son véritable père, Septimus qui non content de l'avoir torturé était prêt à le laisser être assassiné par la Grande Inquisitrice en personne si cette dernière à l'instar de la reine de coeur se prenait l'envie de  réclamer sa tête. Quel genre de père accepterait ce genre de chose sans réagir ? Le genre de père qui n'était même pas venu le voir avant son départ, se répondit-il à lui-même avec dépit alors que sa hache fendait la buche en deux

Pourtant, et bien que Zachary éprouvait énormément de ressentiment à l'égard de ces deux personnes, il n'arrivait pas à les détester totalement. Il savait, tout au fond de son être, que si ces deux hommes, qui après tout n'étaient pas n'importe qui pour lui, venaient à lui tendre la main, jamais il ne les repousserait, bien au contraire. Cela prendrait un certain temps avant qu'il ne puisse leur accorder sa confiance mais jamais il n'aurait la force de les repousser.
Ce ne fut que lorsque Silk vint le chercher pour partager son repas, que Zachary réalisa qu'il était 13h passé. Surprit que le temps eut passé si vite, il essuya la sueur qui coulait sur sa peau et remit sa chemise avant de manger en compagnie de Silk. Une salade de tomate, accompagné de pain frais et de charcuterie et de vin rouge, les attendait sur la table en bois qui se trouvait à l'arrière du chalet, à l'abri de la pluie. Zachary engloutit le repas offert puis après être un peu resté avec le vieil homme jusqu'à ce que l'averse se calme, promis de repasser le lendemain pour terminer ce qu'il avait commencé.
Enfourchant Balham, il avait regagné son chalet en moins de 5mn à vol d'oiseau. Après s'être occupé de son sombral, Zachary rentra chez lui et consulta sa messagerie mais il n'avait aucun message de Livie. Reposant son portable sur la table à manger, il s'apprêtait à filer prendre une douche lorsque l'on frappa à sa porte. Surprit, Zachary se retourna et se dirigea vers la porte d'entrée en se demandant de qui il pouvait bien s'agir. Un espoir fou se mit à naitre en lui, lui faisant croire l'espace d'un instant que ce visiteur surprise serait peut-être la jolie brune qui faisait battre son coeur depuis l'adolescence. Lorsque la porte s'ouvrit, Zachary marqua un temps d'arrêt surprit de se retrouver face à cette jolie blonde avec qui il avait vécu pas mal d'aventure à chacune de leur rencontre. Elle n'était pas celle qu'il attendait mais il n'en n'était pas moins ravi de se trouver face à Aurélia qu'il n'aurait jamais imaginé un seul instant voir venir jusqu'ici et pourtant il aurait du car la jeune femme lui avait déjà prouvé à maintes occasion, qu'elle était pleine de ressources. Réagissant à son interrogation, Zachary la prit gentiment dans ses bras pour la serrer contre lui avec affection

- Je suis content que tu sois là, ça me fait plaisir,
lui assura-t-il dans un sourire sincère avant de déserrer leur étreinte et de l'inviter à entrer. Vas-y je t'en prie entre. Bienvenue chez moi. Est-ce que... ta famille sait que tu es ici ? S'enquit-il en refermant la porte derrière elle

Il se souvenait parfaitement de la dernière fugue d'Aurélia et tout particulièrement de son face à face cuisant avec cette femme que l'on avait lancé à sa poursuite et dont il n'était pas pressé de recroiser la route, même si son ombre menaçante ne lui ferait en rien renoncer à voir la jeune femme. Zachary désapprouvait la manière dont les parents d'Aurélia traitait leur fille à cause de sa particularité et il était convaincu que l'enfermer comme ils le faisaient dans une cage dorée n'était pas la solution à son malêtre.

-Comment m'as-tu trouvé ? Est-ce que s'est grâce à Ernie ?
Crut-il deviner. Tu n'as pas eu trop de mal à venir jusqu'ici ? Tu veux boire quelque chose peut-être ?

Ecoutant sa réponse, il alla pour sa part chercher un jus d'orange bien frais qu'il retira du frigo avant de revenir vers Aurélia qui semblait avoir plutôt bonne mine,

- Vas-y installes-toi,
l'invita-t-il en lui désignant le canapé. Tu as l'air en forme, lui sourit-il en voyant ses joues rosit par l'air de la montagne et sa nouvelle coupe de cheveux, comment vas-tu ? Je suis désolé, j'aurais aimé prendre de tes nouvelles beaucoup plus tôt... ta famille n'a pas été trop dur avec toi la dernière fois.. suite à notre escapade new-yorkaise ? Crut-il bon de préciser, il fallait reconnaître que cela commençait à dater à présent.

———————— ϟ ————————
Avec les animaux il en va souvent comme avec les gens : on reçoit en fonction de ce que l'on a donné
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

How do you feel... ϟ ft. Zachary Heel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SOMETIMES I FEEL MY HEART WILL OVERFLOW ✗ le 30/03 vers 01h58
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» Bragging Rights - 25 octobre 2009 (Résultats)
» If I ever feel better ๑ 24/05 | 15h40
» Lys & Lloyd ஜ Feel the love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bellum Orbis :: les reliques du passé :: Les cadavres dans votre placard :: Rp inachevés-