AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 The truth is out there - Marten

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Christopher Walker

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Métier : Secrétaire ϟ Âge : 26 ϟ Race et sang : Moldu ϟ Particularité : Un amour de garçon <3 ϟ Statut civil : Célibataire

The truth is out there  -  Marten Tumblr_no0fyq7E9Y1u8mtcbo1_500

ϟ Messages : 353 ϟ Date d'inscription : 19/05/2017 ϟ Disponibilité RP : Régulière ϟ Célébrité : John Krasinski ϟ Pseudo : Mata ϟ Crédits : moi

The truth is out there  -  Marten Empty
MessageSujet: The truth is out there - Marten   The truth is out there  -  Marten Empty16.12.17 22:48


   

The Walker Case





Chris Walker avait passé une nuit éprouvante. Recroquevillé sous sa couette, son imposante stature lui donnait des airs d'animal tapi dans un terrier trop petit. Sauf que la bête en question grelottait de fièvre. Il avait beau se couvrir, il avait froid, et la seconde d'après il subissait d'intense bouffée de chaleur. La veille, Chris était sortit courir comme tout les soirs. Mais cette fois ci il avait opté pour un peu de nouveauté et avait choisir un itinéraire franchement trop ambitieux. Du coup il s'était retrouvé à rentrer à pas d'heure, paumé, épuisé et frigorifié par la nuit d'été qui s'avérait bien fraîche.

Ainsi Chris Walker avait chopé bêtement la crève. Alors qu'il entrouvrait mollement ses paupières gonflées par la fatigue, il saisi son portable qu'il avait posé par terre à côté de son matelas. Il était encore très tôt, et il replongea sa tête sur son oreiller en soufflant. Dans quelques heures il devrait se lever et se préparer pour aller au travail, mais il sentait qu'il n'en n'avait pas la force. Se retournant en s'enveloppant dans la couette, il se mit à passer en revue toutes les excuses possible pour annoncer à son boss qu'il ne viendrait pas à la tour aujourd'hui. Déjà en temps normal il ressentait une énorme flemme de se rendre au bureau, mais aujourd'hui c'était pire, car il se sentait mal pour de vrai.

En plus de cette impression de fièvre qui lui donnait tour à tour des frissons puis des suées, il avait une sérieuse migraine qui rendait mouvement très inconfortable. Comme ça on aurait dit qu'il avait la gueule de bois, ce qui était absurde car il n'avait absolument pas consommé d'alcool. Chris aimait bien sortir avec ses amis, mais il n'était pas du tout du genre à boire. Dans une fête il passait chastement la soirée à siroter du coca, mais par contre se rattrapait sur la bouffe. Il pouvait manger absolument n'importe quoi, surtout des cochonneries, et arrivait rarement à satiété.

Saisi d'une incontrôlable bouffée de chaleur, Chris s'assit son matelas et repoussa la couverture dont le contact lui semblait à présent insupportable. Il n'arrivait toujours pas à choisir la bonne formulation pour expliquer à son patron qu'il préférait rester chez lui, et crever misérablement sur son matelas gonflable merdique. Avec un peu de chance Marten finirait par le retrouver au bout de quelques jours, et alors là Dieu sait ce qu'il ferait de son corps au nom de la science...

Prenant garde de ne pas s'assommer en se bouffant le plafond de la mezzanine, il se traîna, courbé et pitoyable jusqu'à l'escalier étroit qui menait dans le séjour. Il faisait encore nuit, mais la pièce immense du loft était partiellement éclairée par la lumière glauque des terrarium. A l'intérieur, des reptiles se tenaient enroulés sur leur branche, immobiles et luisants. Les seuls animaux à s'agiter à son passage étaient les rats ramenés du laboratoire. Ils poussaient des couinements et fixait Chris de leurs petits yeux noirs, ronds et intelligents, puis quand il était assez loin reprenaient leur sombre commerce nocturne inconnu des humains.

Allumant la lumière dans la salle de bain, Chris fut frappé en constatant à quel point il avait une salle gueule. Il avait la bouche pâteuse, et le sentiment d'avancer au radar, et ça se voyait clairement à ses traits tirés qu'il n'était pas dans son assiette. Se forçant à se prendre en main, il ouvrit le robinet et se passa de l'eau sur son visage. Cela le rafraîchit un peu, mais raviva son envie de prendre une douche. Sans doute qu'après ça il se sentirait plus en forme. Ensuite il n'aurait qu'à manger un bon petit déjeuné et demander à Marten de lui filer quelques médicaments sorciers pour faire tomber la fièvre. Enlevant son tee shirt et son caleçon, il se maudit d'avoir changé son itinéraire de jogging. Il s'était retrouvé dans un quartier pavillonnaire complètement labyrinthique, et s'était complètement perdu. Il avait bien sur essayé de s'en sortir avec le gps de son portable, mais un manque total de réseau l'avait rendu inutilisable. Il avait donc erré au pif, son portable à la main, jusqu'à finir par retrouver miraculeusement la 4G au bout d'un temps qu'il était bien en peine d'estimer.

Se glissant sous l'eau chaude de la douche, la sensation d'avoir du plomb derrière les yeux se fit plus intense. Il éprouvait donc déjà un certain état de malaise, quand en se savonnant il réalisa qu'il avait une marque inconnue sur la peau. Une genre de croix, tracée avec un feutre noir, un peu en dessous du nombril à droite. Il resta un instant comme étourdi, puis très vite ce fut comme un éboulement dans son esprit. Une très vive terreur le saisi, et son visage perdit aussi le peu de couleur qu'il avait retrouvé sous l'eau chaude. C'était comme si quelque chose venait de s'effondrer dans sa psyché, et en même temps son imagination galopante était au travail, créant à toute vitesse des théories branlantes sur les ruines instables des convictions qu'il considérait il y a une minute comme des vérités. Il était certain d'être sortit hier soir, d'avoir été surpris par la nuit, de s'être perdu un certain temps, et finalement d'avoir retrouvé son chemin sans encombre. Mais tout ces certitudes venaient de s'effondrer, l'abandonnant à la peur et au doute. Un doute absolument insupportable, nourrit par son imagination fertile et la hantise d'avoir été à la merci de quelqu'un sans en avoir conscience.

Sortant immédiatement de la douche, il manqua de peu de glisser sur le sol carrelé, et il se précipita vers le miroir pour observer la marque qui lui cisaillait le ventre. D'un coup il sentit sa gorge se gonfler, et ses mains trempées tremblaient de façon incontrôlable. La croix qu'il voyait dans la glace lui apparaissait bien comme une trace de feutre noir, mais son simple emplacement lui donnait à nouveau un coup de chaud. Plus il appuyait avec ses doigts sur le bas de son ventre, et plus il avait mal. Une impression de démangeaisons partout sur sa peau, et comme un gonflement au niveau de son appendice. Nourrit par ses peurs et son imaginations terrorisée, il pouvait à présent jurer sur n'importe quoi qu'il ressentait une douleur vive dans le ventre, et que quand il pressait sur ses muscles il pouvait distinctement sentir une raideur inconnue. Plus il y pensait, et plus il était persuadé que quelque chose se trouvait sous sa peau. Une tumeur ? Un parasite ? Un implant ? Il avait chaud et dans sa tête courraient des pensées terrifiantes qui lui donnaient le tournis. Pendant une seconde il lutta pour ne pas tourner de l’œil, et se rattrapa au lavabo. Puis sa panique se transforma en énergie et il prit une serviette qu'il passa sur ses hanches et sortit dans le couloir. Encore tout ruisselant d'eau, il se précipita dans la chambre de son colocataire, et sans prendre le temps de prévenir, alluma la lumière vive du plafonnier.


« Marty ! Marty ! » Appela t il, paniqué.

Puis il se laissa tomber sur le lit, ramena ses jambes sous lui car il avait quand même le soucis d'une pose digne, et se mit à gémir pitoyablement avec une sincérité qui déchirait l'âme.


« On m'a abducté cette nuit... »

———————— ϟ ————————
The truth is out there  -  Marten Sans_t11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marten Largecape

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Métier : Chercheur en nanomagie ϟ Âge : En vrai ? 283 ans mais chut... ϟ Race et sang : Sorcier de sang-mêlé ϟ Statut civil : Veuf

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Messages : 159 ϟ Date d'inscription : 27/04/2016 ϟ Disponibilité RP : 1x / mois ϟ Célébrité : Dominic Monaghan ϟ Pseudo : Oreste ϟ Crédits : Tumblr

The truth is out there  -  Marten Empty
MessageSujet: Re: The truth is out there - Marten   The truth is out there  -  Marten Empty03.01.18 14:33



"The truth is out there"


Avec Chris




Marten avait assez peu dormi cette nuit, absorbé dans son travail. Son activité aux laboratoires Yaxley avait du plomb dans l’aile, et les recherches que Marten menait avait été suspendues jusqu’à nouvel ordre. Mais voilà le problème : Marten ne pouvait pas rester sans rien faire.
Certes, il avait déjà aménagé une sorte de parc d’attraction pour Friture, son rat, sous le bureau vide d’un éventuel collègue qui ne vint jamais. Il avait également trafiqué la machine à café du 6e pour instiller dans la boisson de ses collègues diverses substances : hallucinogènes, laxatifs, sérums de vérité… Mais maintenant qu’il avait terminé ses puériles activités, il lui fallait trouver autre chose à faire.

Un instant, il se demanda s’il ne devait pas plaquer cette vie, tout quitter pour repartir à nouveau, ailleurs. Cette période de sa vie ne le mettait pas dans un confort absolu : il avait trop d’attaches. Entre son boulot, Chris, Rory et Bud Zetchud le marchand de glaces qui lui faisait maintenant -10%, Marten éprouvait un certain remord à tout laisser en plan.

Dans un élan d’humanisme, il s’était imaginé pouvoir enseigner à l’université de NP, mais on lui rit au nez quand il montra ses diplômes germaniques des années 40 en biologie expérimentale.

Qu’à cela ne tienne ! Pourquoi ne pas reprendre quelque projet personnel laissé en plan ? Marten avait dans sa chambre une caisse en carton dans laquelle il rangeait ses journaux et carnets. Il les feuilleta longuement, essayant de trouver un sens à ses pattes de mouches. Au final, il identifia trois projets dignes de son attention présente :

I – Etude des phéromones sexuelles des suricates en vue de développer un déodorant qui puisse agir comme gaz Moutarde en cas d’ionisation subite

II – Fabrication d’un ordinateur quantique à partir d’un réfrigérateur et d’embryons de chauves-souris

III – Analyse comportementale de la paranoïa à des fins de manipulation civile et/ou militaire (+ créer pilule contraceptive pour homme, acheter lait et chercher couette au pressing)

Euréka ! Parfois, pour aller de l’avant, rien de mieux qu’un petit tour dans le passé. Marten avait désormais de quoi s’occuper.

En quelques jours, il réunit le matériel nécessaire et organisa son processus de recherche. Il notait ses démarches, attentes et résultats dans un carnet qu’il gardait sous son oreiller.

Cette nuit-là, il en avait particulièrement griffonné les pages.

Quand Chris vint le voir, Marten se réjouit de voir que son plan avait parfaitement fonctionné, bien qu’il n’en douta à aucun moment. Comme prévu, il accueilli Chris en bon ami, et lui offrit le réconfort attendu :

« Allons, allons, l’ami ! Tu as fait un cauchemar ? Il n’y a pas de mal à ça, sai. C’est normal, même à ton âge. En revanche il est plutôt étrange de faire un cauchemar dans cette tenue ? Tu dors souvent nu, vêtu seulement d’une serviette ? Car nous pouvons en parler si cela te sied. »

Pendant que Marten jouait au crétin fini, il étudia scrupuleusement le corps de son ami/cobaye et prépara mentalement le commentaire qu’il coucherait dans son carnet :
« Pas de marque évidente de brûlure, éruption cutanée ou morsure. Teint plus clair, sans doute lié à l’angoisse ou à une érection non-contrôlée post-traumatique (ENCPT). Marque abdominale toujours présente : le sujet utilise un savon doux et non-abrasif, de pH neutre et délicatement parfumé au citron. »

Quand Chris mentionna sa peur d’avoir été abducté, Marten fit un effort colossal pour ne pas sourire de satisfaction. Non, au lieu de cela, il continua d’agir en bon scientifique :

« L’abduction est fort probable, surtout en cette période de l’année. Ne m’as-tu pas dit toi-même que si les aliens venaient sur Terre, ils le feraient justement en été pour limiter les chocs thermiques entre la température de l’air et la température de leurs vaisseaux, induite par des pertes énergétiques liées aux radiations de leurs réacteurs ? D’ailleurs, il faudrait peut-être te faire un test d’irradiation, qu’en penses-tu ? »

Marten lui adressa un sourire aussi faux que chaleureux.

« Chris, mon ami, je sais que tu as peur de ces choses alors laisse-moi t’aider. S’il t’es arrivé quelque chose, nous devons connaître la vérité. Tu as beaucoup de chance d’être revenu, mais peut-être que tu n’es plus… toi-même. Alors c’est mon rôle d’ami de t’aider dans ce moment de trouble. Même s’il est très tôt, permets-moi de t’amener à mon laboratoire. Là-bas j’ai tout ce qu’il faut pour te faire les examens nécessaires. Ensuite tu pourras aller à l’hôpital si tu le souhaite, mais je te déconseille d’y aller en premier : n’oublie pas que tout ce qu’ils trouveront finira dans les mains des services secrets. Imagine-toi un peu : tu deviendrais… leur
cobaye
… Et je ne laisserais jamais cela arriver. »


Marten nota mentalement :
« Sujet fortement malléable et paranoïa installée. L’injection du contraceptif au niveau du cou n’a laissé aucune marque ni gonflement. La croix chirurgicale au feutre laissée au niveau du ventre, en plus d’être une blague de goût, a permis d’installer un trouble psychique certain. »

———————— ϟ ————————


The truth is out there  -  Marten Signat14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Christopher Walker

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Métier : Secrétaire ϟ Âge : 26 ϟ Race et sang : Moldu ϟ Particularité : Un amour de garçon <3 ϟ Statut civil : Célibataire

The truth is out there  -  Marten Tumblr_no0fyq7E9Y1u8mtcbo1_500

ϟ Messages : 353 ϟ Date d'inscription : 19/05/2017 ϟ Disponibilité RP : Régulière ϟ Célébrité : John Krasinski ϟ Pseudo : Mata ϟ Crédits : moi

The truth is out there  -  Marten Empty
MessageSujet: Re: The truth is out there - Marten   The truth is out there  -  Marten Empty19.01.18 12:44


   

The Walker Case




Passant sa main dans ses cheveux blond mouillés, Chris sentit un frisson d'angoisse lui parcourir la peau.

« Tu crois que j'ai été irradié ? » Murmura t il d'une voix blanche.

Au fond rien n'était plus terrifiant qu'une saloperie dans ce genre, invisible, insidieuse et de toute évidence mortelle. L'argument qu'il lui présenta quand aux températures élevées lui sembla tout à fait convaincant, sans doute parce que c'était le sien, et aussi parce que le timing était excellent. Les étés en Arizona étaient terriblement chauds, et la veille on avait battu des records de températures. C'était d'ailleurs pour cela qu'il s'était retrouvé à sortir courir aussi tard, il avait attendu que la chaleur retombe. Une nouvelle pièce du puzzle s'assemblait, et il avait de plus en plus l'impression qu'il ne pouvait pas y avoir d'autre explication que celle qui l'avait frappé tout à l'heure.

Complètement abattu, il releva tristement le nez quand son ami lui adressa quelques paroles réconfortantes, puis lui proposa de l'amener au laboratoire pour faire des tests. Chris hocha la tête, toujours sous le choc.


« Oui tu as raison, il faut faire des examens. D'ailleurs regarde. » Tout en maintenant sa serviette il se redressa et lui présenta son ventre marqué d'une croix. Il palpa son abdomen, appuyant fort avec ses doigts. « J'avais cette marque en me réveillant, et ça me fait comme des spasmes à cet endroit là. Et regarde, quand je touche je sent un truc. » Il releva les yeux, visiblement terrifié. « Il faut que tu me fasse une radio. Y'a quelqu'un qui saurais m'opérer à ton labo si jamais... si jamais on trouve quelque chose ? »

Cette perspective était absolument flippante. Avoir été plongé dans l'inconscience et s'être retrouvé à la merci d'une bande de scientifiques extra terrestres fous, c'était juste le plus mauvais délire qu'on puisse avoir en se réveillant. Chris se sentait perdre pied en imaginant qu'on ai pu mettre, ou enlever, quelque chose dans son organisme pendant ces quelques heures où il pensait avoir été sous hypnose. Qu'on puisse toucher à son intégrité physique avait quelque chose de révoltant et d'humiliant, et maintenant il était prêt à tout pour comprendre pourquoi. S'il avait une sonde extra terrestre sous la peau, il n'hésiterait pas une seconde à passer sur le billard pour qu'on la lui enlève. Même s'il avait peur d'une opération, il ne pouvait pas supporter l'idée d'héberger quelque chose d'aussi intolérable.

Un autre élément qui le mortifiait, c'était le secret qu'ils allaient devoir garder autour de ces événements. Marten avait parfaitement raison quand il évoquait les services secrets, et Chris acquiesça de la tête. S'il allait à l'hôpital public il était foutu, autant se glisser directement dans un sac mortuaire et sautiller façon course en sac jusqu'au van tout noir des Men in black. Bref, s'il ne voulait pas finir dans les archives de la CIA immortalisé sur une magnifique vidéo de vivisection, il allait devoir faire confiance à Marten. Ou alors on le garderait en vie, et il développerait un shinning qui intéresserait ses messieurs du Pentagone pour enfin prendre leur revanche sur Moscou. Bref aucun de ces deux perspectives ne semblait sympathique, même si l'idée de développer de la télékinésie était plutôt chouette. Quitte à se faire mettre une sonde alien dans les boyaux, autant avoir des pouvoirs de X men pour aller avec. D'ailleurs étaient ils passés par ses fesses ou avaient ils perforés la peau de son ventre ? Cette idée le fit pâlir. Il n'avait pas spécialement envie que des extra terrestres pervers lui tripotent le cucul, et si Marten avait dans l'idée de lui faire des examens humiliants de ce côté là il l'enverrait chier. Pour la science, mais quand même pas à ce prix là.

Chris prit la main de son ami, et pour la première fois depuis le début chaotique de cette journée, il se mit à sourire. Marten venait de lui promettre de ne pas le laisser tomber, et ça lui faisait chaud au cœur.

« Merci. T'es un vrai pote. »

Mais si tu te glisse dans mon dos avec une sonde à coloscopie je te tue.

Christopher alla se sécher, et passa un survêtement moche mais confortable. En quelques minutes il vida son sac de sport et le remplit de tout ce dont il pourrait avoir besoin. Il ne savait pas pour combien de temps il partait, mais il fit au mieux. Quelques vêtements, son ordinateur, son portable et surtout de quoi recharger tout ça. Il ne voulait surtout pas se retrouver coupé du monde. Son histoire devait être diffusée en direct, pour rendre plus difficile toute manipulation par ceux qui préféreraient qu'il garde le silence. Si jamais la voix de Curiosity venait à s'éteindre, tout le monde saurait que le gouvernement, le Pentagone ou la CIA était derrière sa disparition. Désormais il était certain d'être une cible, mais ce n'était pas pour cela qu'il se laisserait faire. Il était prêt à se battre et à clamer la vérité, quitte à passer pour un fou aux yeux du monde.

Une fois prêts ils descendirent dans le parking de l'immeuble, et montèrent dans la voiture de Marten. Prenant place à côté de lui, il régla le siège passager pour laisser un maximum d'espace à ses grandes jambes. Puis il ajusta le col de son blouson et posa son front contre la vitre. Le jour ne s'était pas encore levé, et pour la première fois depuis son réveil il ressentait la pression retomber un peu. C'était irréel comme situation.

« Faut que j'envoie un message au travail. » Soupira t il avant de sortir son portable et de se mettre à tapoter.

Ce n'était jamais agréable d'avoir à annoncer une absence à son patron, et il essaya de le faire du mieux qu'il pu. Quelque minutes plus tard il reçu une réponse tout à faire cordiale mais qui malheureusement lui laissait une impression de froideur. En même temps à quoi est ce qu'il s'attendait ? Monsieur Yaxley n'était pas son pote, même si c'est vrai qu'au vu de leurs âges respectifs, ils auraient pu. Et puis ce n'était pas parce qu'il l'appréciait beaucoup et qu'il gérait son emploi du temps qu'il pouvait estimer recevoir de l'attention en retour. C'est d'ailleurs ce qu'il n'aimait pas dans son travail, ce sentiment d'être un outil. S'occuper de l'ordinateur et du téléphone, comme s'il était un composant électronique de plus. Il avait de bonnes relations avec Aaron, son binôme, mais sans plus. Quand au boss il restait toujours inaccessible. Pour une personne d'une nature aussi sociable que Chris, c'était difficile à vivre.

Il roulèrent silencieusement tandis que la silhouette de la Tour Yaxley se faisait de plus en plus massive. Chris envoyait des messages, écrivait rapidement des publications, et réfléchissait à comment il allait organiser son vlog. Son besoin de communiquer était devenu très puissant, galvanisé par la peur que quelque chose, ou quelqu'un, puisse finir par le réduire au silence.

———————— ϟ ————————
The truth is out there  -  Marten Sans_t11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marten Largecape

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Métier : Chercheur en nanomagie ϟ Âge : En vrai ? 283 ans mais chut... ϟ Race et sang : Sorcier de sang-mêlé ϟ Statut civil : Veuf

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Messages : 159 ϟ Date d'inscription : 27/04/2016 ϟ Disponibilité RP : 1x / mois ϟ Célébrité : Dominic Monaghan ϟ Pseudo : Oreste ϟ Crédits : Tumblr

The truth is out there  -  Marten Empty
MessageSujet: Re: The truth is out there - Marten   The truth is out there  -  Marten Empty15.03.18 22:03



Le trajet jusqu’à la tour Yaxley était plutôt rapide à cette heure matinale. Le perfide Marten se prêta au jeu qu’il avait lui-même créé et se contenta de suivre la route des yeux pendant que Chris tapotait nerveusement son téléphone et l’accoudoir du SUV, en alternance psychédélique.

A l’angle de la 19e rue, il lui dit :

 « Tu sais, cette histoire me fait penser à notre chronique sur Stan Romanek, tu te souviens ? Hmmm… Tu crois que tu vas recevoir la visite de petits gris toutes les semaines ? Ahahah… Je blague. Je ne crois pas en cette histoire de traceurs sous-cutanés. Enfin… On verra bien, hein ? On arrive, tu vois la barrière du parking ? »

C’était une vieille ruse de persuasion : tourner toutes ses phrases en questions permettait de recentrer le sujet sur lui-même et de le rendre responsable de sa propre peur.

Ils arrivèrent effectivement au parking Delta de la Tour. Marten passa son badge sécurisé devant la borne et passé le premier sas, un lecteur de plaque numérologique permit d’ouvrir la seconde barrière.
Marten se gara à la place qui lui était réservée au -3, et il invita Chris à sortir de la voiture.

 « Ca va ? Tu ne te sens pas trop faible ? Je peux t’aider à marcher, tu sais ? »

Un premier ascenseur les amena dans le hall d’accueil, plongé dans la lueur suspendue de l’éclairage de sécurité. Ils badgèrent aux portiques mais celui de Chris refusa de s’ouvrir.

 « Zut ! Tu n’es qu’un secrétaire, tu n’as pas l’accès de nuit ! Bon ça ne fait rien, colle-toi à moi. Je m’expliquerais à la sécurité demain en disant que tu étais un cobaye. Ahahah je suis vraiment bon menteur !.. »

Le laboratoire de Marten était aussi inquiétant que le secret avec lequel il étouffait ses projets de recherches. Il y régnait en permanence un mystérieux scintillement bleuté provenant des impressionnantes machines.
Marten invita Chris à se mettre torse nu pour effectuer le premier examen.

 « On va commencer par une radio toute simple qui permettra de détecter la présence de tous corps étranger métallique. Ensuite je te ferais boire une solution d’isotopes faiblement radioactifs et on recommencera dans trois heures. Vas-y, installe-toi je vais enfiler ma blouse. »

Marten s’absenta bien plus que nécessaire. L’idée d’imaginer Chris, torse nu, à se les geler dans le laboratoire plongé dans la pénombre le conforta dans son idée qu’il faisait les choses à merveilles. Il revint plus de quinze minutes plus tard, vêtu d’une blouse blanche immaculée.
Il installa Chris sur une sorte de tabouret de photomaton et braqua sur son abdomen une sorte de pistolet laser tel qu’on peut les voir dans les mauvais films de SF qu’ils regardent ensemble le vendredi soir.

Marten se positionna derrière le pupitre de commandes puis sembla pris d’une hésitation.

 « Mince ! J’ai oublié Friture ! D’habitude il m’accompagne toujours pour ce genre de choses… Hmmmfr… Bon on va faire avec… »

Il pressa un bouton et… rien, pas un bruit, pas une lumière. Mais il garantit que l’image avait été prise et serait automatiquement développée d’ici quelques minutes. En attendant, il invita son cher ami-victime à boire cette fameuse boisson radioactive.

 « Tu vas voir ! Ahahah ! Ca ressemble à du Gatorade !  »

Et bien sûr s’en était. Mais Chris se laisserait avoir par le gobelet en plastique blanc qui fait tout de suite vachement scientifique.

Ils passèrent plusieurs heures à faire des examens (bidons), Marten prenant grand soin de bien le faire poireauter à chaque étape, tout en prenant un air grave de spécialiste.

Mais la comédie avait assez duré, il était temps de passer aux résultats, ce moment fatidique que le bien pauvre sai Chris Walker attendait comme une pute attend le triquard en plein désert.

 « Bon, Chris, tu es prêt à entendre ce que j’ai à te dire ? A vrai dire je suis très surpris par les résultats, oui. Un peu comme cette fois où on était sûr d’avoir enregistré cette super émission sur les autruches martiennes mais qu’en fait… Enfin bref, j’ai les résultats. »

Marten se gratta la tête et étala sur une table entre eux une pile de documents.

 « Bizarrement, la radio et le scanner ne révèlent rien, mais la prise de sang indique une concentration extrêmement élevée de JTPPUC, ce qui laisse penséer que l’implant est sûrement fait de matière organique. Car oui, tu as bien un implant. L’analyse des perturbations du champs magnétique et diélectrique autour de ta paroi abdominale révèle une forte émission d’ondes dans la raie 784-793 MHz. »

Il prit un moment le temps de laisser Chris digérer ça, et pour lui de se contenir pour ne pas rigoler. Sérieusement ? JTPPUC ? La molécule « Je Te Prends Pour Un Con ». Une grande trouvaille, Doc. Marten !

 « Je peux t’opérer maintenant si tu le souhaites, mais tu veux peut-être prendre le temps d’y réfléchir ? A moins que… »

Il esquissa un sourire absolument répugnant, le genre que vous ferait le diable en vous faisant signer « le contrat de votre vie ».

 « Chris, est-ce que tu souhaiterais faire un tour au Labo Cognitif ? Histoire de voir si tu as de nouvelles… capacités ? »

Apothéose, coup final, climax total ! Chris allait-il vraiment accepter cette indécente proposition, quitte à se retrouver de plein gré dans un labo style Aperture Science ?

Marten jubilait. Cette fois-ci c’était vraiment trop. Comment allait-il se sortir de cette merde ? Honnêtement il n’avait aucune envie de charcuter son meilleur ami. Par contre l’idée de le voir courir dans une ka-roue de hamster géante lui plaisait plutôt…

———————— ϟ ————————


The truth is out there  -  Marten Signat14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Christopher Walker

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Métier : Secrétaire ϟ Âge : 26 ϟ Race et sang : Moldu ϟ Particularité : Un amour de garçon <3 ϟ Statut civil : Célibataire

The truth is out there  -  Marten Tumblr_no0fyq7E9Y1u8mtcbo1_500

ϟ Messages : 353 ϟ Date d'inscription : 19/05/2017 ϟ Disponibilité RP : Régulière ϟ Célébrité : John Krasinski ϟ Pseudo : Mata ϟ Crédits : moi

The truth is out there  -  Marten Empty
MessageSujet: Re: The truth is out there - Marten   The truth is out there  -  Marten Empty08.04.18 16:26


   

The Walker Case




Christopher Walker estimait qu'il avait une chance hors norme d'avoir un ami comme Marten.
Après tout, seul un vrai ami vous conduit jusqu'à l'hôpital à cinq heure du mat. Et cela sans sourciller, alors même que vous venez de le tirer du lit en clamant que vous venez de vivre une rencontre du quatrième type. Après tout Marten n'était absolument pas obligé de prendre soin de lui comme il le faisait, il aurait tout aussi bien pu l'envoyer chier et rester au lit. Au lieu de cela il l'accompagnait jusqu'au laboratoire, et plus rassurant encore, il allait chapeauter lui même les tests.

Sentant des crampes lui serrer le ventre, Chris prit sur lui pour garder son calme. Il ignorait tout de son état de santé, mais s'attendait au pire. Tout serait plus facile à entendre si c'était son ami qui lui annonçait. Parce qu'il avait confiance en lui et en ses qualités de médecins. Même s'il était gravement irradié ou dieu sait quoi, Marten ne le laisserait pas tomber. Ces deux là n'étaient colocataires que depuis un an à peine, et même si Chris avait beaucoup d'autres amis, c'était souvent lui qui se retrouvait impliqué dans la majorité de ses délires, bons ou mauvais.

Acquiesçant mollement de la tête, il obéit à l'ordre d'enlever son tee shirt. Il n'avait pas spécialement de pudeur envers Marten. Il n'était pas non plus exibo pour autant, je vous voir venir, et se balader à poil dans leur appartement n'était pas du tout son genre. Mais là il s'agissait surtout d'une affaire médicale, et c'était tout à fait idiot de faire sa petite mijaurée devant un toubib. Sauf si jamais les examens l'emmenaient voir un peu trop près de son fondement, là il l'enverrait franchement chier. Aussi passionné qu'il était, Chris Walker n'était pas non plus prêt à tout pour la Science.

Roulant en boule son tee shirt qu'il lança dans son sac, il attendit patiemment quelques minutes, et puis trop anxieux, il alla chercher son téléphone. De nombreuses personnes avaient réagit à sa précédence annonce sur les divers réseaux sociaux qu'il utilisait. Certains le traitaient de menteur et de débile, les autres, qui pour la plupart étaient devenu de véritables amis, s'inquiétaient pour lui et attendaient des nouvelles. Activant la caméra frontale de son téléphone, il tourna une vidéo pour répondre aux différentes questions de ses abonnés, et donna les dernières informations. Les prochaines quarante huit heures allaient se révéler difficiles, et continuer son vlog allait l'aider à garder le moral. Il en profita également pour présenter le labo qu'il avait autour de lui. Bien sur il était déjà venu de nombreuses fois en compagnie de Marten, mais il ne s'était jamais permis de filmer et il savait que beaucoup de ses abonnés crevaient d'envie de voir à quoi ressemblait l'intérieur des locaux de recherche de la Tour Yaxley. Et puis Marten n'était pas là, il fallait bien s'occuper. Son petit monologue dura longtemps, car il était à l'aise dès qu'il s'agissait de bavarder devant une caméra, et que ça lui faisait beaucoup de bien de verbaliser tout les tracas qu'il avait sur le cœur. C'était rassurant de faire posément le point sur cette situation grave et complètement folle.

Et c'est une fois le live terminé qu'il réalisa en parcourant les commentaires qui fusaient qu'il aurait peut être du remettre son tee shirt avant de filmer. Le compliment comme quoi il était bien foutu revenait assez souvent, lui arrachant un petit sourire et le faisant rougir. C'est vrai qu'il était joliment musclé par le sport, et on ne s'en rendait pas facilement compte derrière ses tee shirts XXL. Il n'avait absolument pas fait exprès de s'exposer ainsi, mais le compliment lui remonta le moral. Lorsque Marten réapparut dans la pièce, il avait retrouvé le sourire.

Parfaitement docile, il se prêtait volontiers à la radio et à tout les examens qui s'en suivirent. Bien sur il se tenait prêt à mettre son véto si jamais Marty lui proposait un test médical humiliant et/ou en rapport avec sa délicate intimité. Heureusement cela ne se produisit pas, notre savant fou préféré ayant assez de jugeote pour savoir où se trouvait la limite à ne pas franchir en matière de foutage de gueule. Curieux comme à son habitude, Chris s'intéressait beaucoup aux machines et aux procédures de chaque examen. Il avait beaucoup lu à propos des rencontres du quatrième type, et même si cela faisait longtemps qu'il avait dépassé le stade du doute, il voulait collecter le maximum d'informations sur son état. Autant dire qu'il ne marchait pas dans le jeu de Marten, il courrait.

Et à chaque fois que son ami le laissait poireauter seul, il filmait un nouveau live et réagissait aux commentaires. S'il en avait eut la possibilité, il aurait préféré s'exprimer à la radio plutôt que sur youtube, mais pour réagir rapidement il fallait bien avouer que c'était le moyen le plus pratique. Il notait déjà des idées pour faire une grande émission récapitulative dès qu'il serait en état de rentrer à la maison et de s'exprimer sur les ondes. Sa capacité à travailler avec passion même en étant bouleversé était impressionnante. Surtout pour quelqu'un qui en temps normal était tout simplement incapable de se sortir les doigts du fion. Assis à même le sol en carrelage du laboratoire, emmitouflé dans son survêtement, il tapait à l'ordinateur, compilant de nouvelles idées en envoyant des séries de messages. Son besoin de communiquer était extrêmement fort, comme cette angoisse qui lui serra le ventre lorsque Marten réapparu en affirmant qu'il avait les résultats.

Abaissant la capuche de son sweat, il posa son ordinateur par terre et se releva avec difficulté du nid qu'il s'était crée, ses longues jambes engourdies par sa posture repliée.


« Je t'écoute. »

Comme d'habitude Marten partait dans des digressions inutiles au lieu de servir les infos. Il lui fit le même signe qu'il faisait silencieusement lors de leurs émissions pour lui dire d'abréger et d'en venir à l'essentiel. Il gardait un air grave alors que son doigt imitait de façon très schématique une bobine qu'on déroule. Et comme toujours avec Maty on avait le choix entre la digression qui dure quatre heures et la cruelle vérité servit froide. Immédiatement Chris se sentit blêmir et un léger vertige s'empara de lui. Il avait donc bien un implant, organique qui plus est. La sinistre vision de son abdomen s'ouvrant en deux pour laisser sortir une immonde et gluante engeance d'extra terrestre s'installa de façon indélébile dans sa tête. Qu'est ce qu'il pouvait y avoir de pire que ça ? Il préférait cent fois avoir eu à faire à des Gris sodomites qui lui auraient enfoncés une sonde alien dans le trou du cul. Putain... Parce que Marten parlait de sonde organique aussi calment que s'il lui demandait de descendre acheter le pain, mais en vrai « sonde organique » ça voulait dire « larve d'alien qui va te cannibaliser les tripes et te faire une césarienne maison dès qu'elle aura envie de prendre un peu l'air » . Autant dire que Christopher était anéantit par ce qu'il venait d'entendre et ressentit immédiatement le besoin de s'asseoir.


« Bah... bah bien sur qu'on opère ! Tu crois que je vais rester là à poireauter pendant qu'une lave goa'uld s'installe pépère dans ma parois abdominale !! »


Il avait pratiquement perdu son sang froid, et ce petit « à moins que » susurré par cet odieux médecin acheva de le faire exploser.


« Comment ça « à moins que.. » ? Vas y, tu sous entend quoi exactement ? Que je garde cette saloperie jusqu'à éclosion ? Histoire qu'on puisse voir à quoi ça ressemble ?! T'es complètement fou ! Putain... Ok on a l'occasion d'avoir un membre d'une race extra terrestre parmi nous et c'est pas une chance qui se produit tout les quatre matins... Mais même pour la Science j'accouche pas d'un calamar par le cul Marty ! C'est mort ! T'imagine pas les risques pour moi, et puis si ça se trouve je me ferait à nouveau abducter alors c'est pas dit que ça marche... Et putain Marty t'as pas vu Alien ou quoi !? C'est mort ! »

Au comble de la crise de nerfs, Chris voyait déjà défiler devant ses yeux tout les scénario les plus atroces qu'hollywood ait pu imaginer. Quand au bon docteur Marten, il restait stoïque, ne laissant entrevoir qu'un sourire. Et à travers ce sourire malin siffla une proposition des plus déplacées qui eut toutefois le mérite de geler sur place les hurlements de panique de Christopher.

« Quoi ? Tu crois ? »


Cette fois ce fut le terme « nouvelles capacités » qui réveilla de nouvelles images, là encore sorties des films qui peuplaient son imagination. Comme tout le monde dans sa famille, Christopher était né moldu, et il avait une certaine fascination pour les sorciers. L'origine de leur magie le passionnait, et dès lors qu'il entrait dans ce débat il pouvait parler pendant des heures. Alors certes c'était très différent, mais l'idée qu'il puisse se retrouver doté de pouvoirs télépathiques était extrêmement saisissante. Sa abduction l'avait changé, c'était indéniable. Et il comprenait pleinement les nombreux témoignages qu'il avait lu à ce sujet. Mais à quel point était il différent ? Est ce qu'il avait un shinning rayonnant ? Des pouvoirs télékinétiques ? L'irm qu'il avait passé un peu plus tôt ne soulignait, heureusement, aucune anomalie dans son cerveau. Et pourtant, et s'il y avait autre chose ?


« D'accord. Dit moi ce que je dois faire. »

———————— ϟ ————————
The truth is out there  -  Marten Sans_t11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marten Largecape

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Métier : Chercheur en nanomagie ϟ Âge : En vrai ? 283 ans mais chut... ϟ Race et sang : Sorcier de sang-mêlé ϟ Statut civil : Veuf

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Messages : 159 ϟ Date d'inscription : 27/04/2016 ϟ Disponibilité RP : 1x / mois ϟ Célébrité : Dominic Monaghan ϟ Pseudo : Oreste ϟ Crédits : Tumblr

The truth is out there  -  Marten Empty
MessageSujet: Re: The truth is out there - Marten   The truth is out there  -  Marten Empty11.06.18 16:53



Christopher avait pris sa décision. Ils quittèrent le laboratoire, que Marten remis parfaitement en ordre comme un psychopathe nettoie sa scène de crime.
Direction : le Laboratoire Cognitif du 4e sous-sol, autrement connu sous l’acronyme CUL pour Cognitive Underground Laboratoy.

Marten expliqua à Chris la suite du processus :

 « Chris, tu vas rentrer dans le CUL de Yaxley. Il s’agit d’un laboratoire expérimental qui me permettra de tester tes capacités dans 7 attributs fondamentaux : Force, Perception, Endurance, Charisme, Intelligence, Agilité et Chance. Nous verrons alors si tu as quelque chose de
spécial
. »


Ils étaient face à deux portes. Celle de gauche portait la mention « Sujet », celle de droite « Observateur ».

 « Tu vas entrer par la porte de gauche, et moi celle de droite. S’en suivra une succession de pièces dans lesquelles tu seras testé. Je te verrais mais tu ne me verras pas. Quand tu auras fini un test, tu passeras au suivant. Surtout reste calme, tout va bien se passer… »

Il fit quelques pas pour prendre une feuille dans un porte-document au mur.

 « Malgré tout, le règlement m’oblige à te faire signer cette décharge de responsabilité en cas de… déconvenue. Mais ne t’inquiète pas… Encore une fois, tout va bien se passer. »

Chris signa le document et se prépara à entrer. Les deux portes s’ouvrirent. Juste avant qu’elles ne se referment, Marten eu à peine le temps de dire :

 « Ah Chris ! Fais attention aux lase… »

Les portes coulissantes se refermèrent dans un soupir pneumatique et Marten pénétra dans la première salle d’observation, encore plongée dans la pénombre.
Il avait eu plusieurs fois l’occasion de tester des sujets ici, et tous ses efforts sur Chris n’avaient eu pour but que de l’emmener ici. Ici il avait tous les outils pour tester l’efficacité de son travail sur la paranoïa contrôlée.

Les deux séries de pièces étaient parallèles. Marten s’installa confortablement dans le siège placé devant un bureau bardé d’une demi-douzaine d’écrans de contrôles et d’un pupitre de commande. Il sorti son bloc-notes, son stylo et appuya sur le bouton « LIGHTS ON ».
De l’autre côté du miroir sans tain, la lumière s’alluma et il vit Chris, mal à l’aise, découvrir la pièce dans laquelle il se trouvait.

Dans le même style blanc épuré que le laboratoire de tout à l’heure, Chris avait devant lui, au milieu de la pièce, un piédestal métallique flanqué d’un gros bouton rouge.
Ce test, d’apparence toute simple, était censé démontrer l’accroissement de la force du sujet. En effet, pour activer le mécanisme d’ouverture de la porte, il fallait appliquer sur le bouton une force colossale.

Marten notait avec attention la force pathétique qu’appliquait Chris, qui suait déjà à grosses gouttes. Quand il commença à se décourager, Marten appuya sur la commande « TEST FAILURE ». Une grosse croix rouge s’afficha dans la salle de test et la porte vers la prochaine pièce s’ouvrit.

Pour reposer ses muscles, Marten allait faire travailler la perception sensorielle et extra-sensorielle de Chris.

Dans celle salle, un peu plus petite, il y avait une chaise, une table, et sur la table : cinq grandes cartes à jouer face cachées, numérotées de 1 à 5.

Marten donna ses instructions par le micro, qui ressortirent déformées comme une voix de robot à travers les haut-parleurs de la salle de test.

 « Dans cette épreuve, nous testerons ta perception. Tu as devant toi cinq cartes qui ont été disposées de manière aléatoire. Tu vas devoir deviner pour chacune d’entre elle la couleur – trèfle, pique, cœur, carreau – et la valeur – de 1 à 10, valet, dame, roi. Prends ton temps et surtout, concentre-toi bien. »

Ce qu’ignorait Chris, c’était que ces cartes ont en fait une surface non pas imprimée, mais en e-ink magique. Ainsi, quand Chris se concentra de toutes ses forces pour sortir une carte, Marten n’avait qu’à indiquer sur son pupitre le prédicat de Chris, et la carte se retournait avec la couleur et valeur en question.
Bien sûr, Marten fit croire à Chris qu’il s’était trompé deux fois sur cinq. Il le gratifia d’une coche verte et la porte s’ouvrit.

Troisième salle. Endurance. Celle-là allait plaire à Chris.
C’était une grande salle. Sur le mur de gauche se trouvait une gigantesque roue de hamster. La faire tourner activait lentement un mécanisme qui libérait une sorte de gros cube en plastique. Le but de l’épreuve était d’empiler suffisamment de ces cubes sur une dalle-interrupteur. Il fallait faire environ 200 tours de roue pour libérer un cube. Pour passer à la salle suivante, il fallait 15 cubes. Mais bien sûr, ça, Chris l’ignorait.

Se lassant assez vite de voir Chris courir comme un damné, Marten se mit à regarder une série sur sa tablette. A la fin de l’épisode, il appuya sur le bouton « TEST SUCCESS ». Coche verte. Porte qui s’ouvre. Beaucoup de sueur.

Chris échoua lamentablement au test de charisme, mais ne lui en voulez pas, grand merci. Tout cela était bien sûr une manigance de l’odieux Marten. Cet épreuve était un simple test de Turing, consistant à le confronter à une intelligence artificielle, enfin… pas si artificielle que ça puisqu’il s’agissait de Marten au bout du fil.

Next : Intelligence.
Cette salle avait été inspirée par les tests des primatologues du 16e étage, qui montraient à des grands singes des suites de formes géométriques qu’il fallait ensuite remettre dans un ordre particulier. Chris n’étant pas plus bête qu’un primate (bien qu’il en ai certains comportements, jugea Marten), il réussit ce test.

La salle suivante était particulièrement excitante. D’abord, elle était plongée dans le noir. Chris entra et la porte se referma. Pendant ce temps, Marten s’installa et pris possession des commandes à sa disposition. Il pressa le bouton « STROBE LIGHT ON ». Dès lors, à fréquence rapide, des flashs de lumières illuminèrent la pièce à la manière d’un stroboscope, permettant à Chris de distinguer la sortie, au bout d’un véritable dédale de creux, d’escaliers et de plates-formes. Alors que Chris commença à faire quelques pas, de plus en plus sûr de lui, Marten activa : « LASERS ON » et « OBSTACLE MOVE »
Plusieurs faisceaux rouges traversaient désormais la pièce et des plates-formes se mirent à bouger.
La panique de Chris était délicieuse, et Marten jugea meilleur de ne pas lui dire que ces lasers étaient strictement inoffensifs (ils provoquaient tout au plus un léger échauffement de la peau et des picotements, mais ils ne vous coupaient pas en deux à la Resident Evil).
Malgré tout cela, Chris réalisa un excellent temps de parcours, et Marten le récompensa de la lumière verte et lui dit au micro :

 « C’est très très bien Chris. J’ai noté des choses très intéressantes dont je te ferais part après cette dernière épreuve. Mais avant, tu as bien mérité une petite pause. »

La porte s’ouvrit sur une pièce très différente du design aseptisé des salles de test. Là, il s’agissait d’une petite salle de pause avec des meubles, des posters au murs, une douce lumière apaisante. Dans un coin, une radio diffusait une samba un brin vintage, et sur la table au centre étaient posées cinq assiettes avec des cookies. Après en avoir dégusté un, la porte de sortie s’ouvrit et Marten retrouva Chris qui se remettait à peine de ses émotions.

 « C’est très bien Chris. Tu as réussi 4 tests sur les 7. Un score tout-à-fait louable. Et je pense sincèrement que tes facultés mentales et parapsychologiques ont été augmentées. Tu devrais travailler ces axes. Peut-être que cela n’a rien à voir avec ton abduction, mais en tant qu’expert scientifique, j’en doute. Et pour ton probable implant intestinal, peut-être que ton échec à la dernière épreuve pourra t’en libérer. Les toilettes sont par ici. »

Bien sûr que cette dernière salle était un test. Bien qu’on ai pu l’appeler « Mémoire », elle s’appelait « Chance ». Et Chris n’avait pas eu de chance. Il n’avait pas pioché dans la seule assiette de cookies sans laxatif. TEST FAILURE.


———————— ϟ ————————


The truth is out there  -  Marten Signat14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Christopher Walker

The truth is out there  -  Marten Giphy

ϟ Métier : Secrétaire ϟ Âge : 26 ϟ Race et sang : Moldu ϟ Particularité : Un amour de garçon <3 ϟ Statut civil : Célibataire

The truth is out there  -  Marten Tumblr_no0fyq7E9Y1u8mtcbo1_500

ϟ Messages : 353 ϟ Date d'inscription : 19/05/2017 ϟ Disponibilité RP : Régulière ϟ Célébrité : John Krasinski ϟ Pseudo : Mata ϟ Crédits : moi

The truth is out there  -  Marten Empty
MessageSujet: Re: The truth is out there - Marten   The truth is out there  -  Marten Empty16.08.18 23:06


   

The Walker Case




Christopher signa le document que Marten lui tendit sans poser de questions. Le connaissant il se doutait qu'il avait glissé tout un tas de subtilités odieuses dans les petites lignes. Et même s'il n'écrivait pas avec son sang il avait parfaitement conscience qu'il signait un pacte avec le diable. Mais avait il vraiment le choix ? Il était pour l'heure tellement déprimé à l'idée d'avoir une sonde alien enfoncée dans le gros colon qu'il était prêt à grimper sur le billard dans la minute pour qu'on lui ouvre les tripes façon césarienne. Et c'est dire s'il était douillet.

Visiblement satisfait de voir que son cobaye n'était même pas prêt à défendre sa peau plus que ça, le bon docteur Marten lui expliqua les règles du jeu. Il lui avait préparé une série de sept expériences qui d'après lui suffiraient à déterminer si son petit séjour en compagnie d'une race extraterrestre supérieur sur le plan intellectuel lui avaient donnée des compétences spéciales. Au fond ça aurait pu carrément être le truc sympa qui émerge de tout cet océan de poisse. Si ça se trouve il allait développer des dons de télékinésie ? Ou un shinning super aiguisé ? Marten avait déjà écarté la possibilité qu'il soit méchamment irradié et meure d'un cancer foudroyant dans deux mois, il ne pouvait arriver que du bon maintenant non ? Parmi tout les nombreux témoignages qu'il avait lu ou entendu, certains abductés affirmaient avoir vu leurs séquelles se transformer en capacités extra sensorielles. C'était possible, il ne parvenait pas à se rappeler à quel traitement il avait été exposé lorsqu'on s'était saisi de lui. Qui sait comment le cerveau humain pouvait s'adapter à une telle rencontre.

Marten lui demanda d'emprunter la porte de gauche, et avant de partir il lui rappela une mise en garde qui fut étouffée par le bruissement pneumatique de la porte.

« Attention aux QUOI ?? »

Damn, le voilà fait comme un rat.
Il regarda autour de lui en plissant les paupières. La pièce était d'un blanc éclatant, et les murs et le sol semblaient recouvert d'un revêtement en plastique dans lequel ses pieds s'enfonçaient à la manière d'un tapis de gym. Et juste au milieu un gros bouton rouge. Putain. Qu'est ce qu'il espérait exactement ? Voir combien de temps est ce qu'il allait résister à ça ? Bien sur que ça puait le piège à plein nez, surtout quand on savait que le concepteur de l'expérience n'était autre que Marten. S'il appuyait sur ce bouton tout pouvait ce produire. Absolument tout. Le pire comme le meilleur, mais surtout le plus improbable. De nature plus curieuse que prudente, Chris appuya sur le bouton. Ou plutôt il essaya. Vache, ce foutu bouton était carrément coincé ! Sans déconner, c'était décevant un cock block pareil d'entrée de jeu. Il attendait mieux de Marty sur ce coup là. Une grosse croix rouge s'afficha sur le mur, et Chris quitta la salle en râlant à haute voix. Cette épreuve était pourrie, y'avait intérêt à ce que la suivante soit meilleure.

Il vit une table au milieu de la pièce, avec une seule chaise et quelques cartes retournées. Son petit cœur s'emballa. Faites qu'il soit télékinésite. Ou au moins un tout petit peu télépathe. Pour une première fois il allait sauf doute être incapable de soulever une carte dans les airs par la seule force de son esprit, mais qui sait, avec de l’entraînement...

Il prit place sur la chaise et la voix nasillarde de Marty robot résonna dans la pièce. Immédiatement Chris obéit et ferma les yeux, se concentrant à s'en faire péter la grosse veine du front. Qu'est ce qui lui apparaissait quand il faisait le vide et ne pensait à rien ? Bah rien justement... Puis il se mit à avoir des pressentiments, entièrement façonnés par son esprit malléable et donna son pronostique à voix haute. Il y avait tellement de combinaison de nombres et de couleurs qu'il avait peu de chance de tomber juste en agissant au pif. Pourtant cela arriva deux fois, et il n'était pas peu fière. Bon on en était pas encore aux pouvoirs cosmiques phénoménaux, mais déjà il pouvait impressionner son petit frère Eddie qui passait une bonne partie de son temps enfermé dans sa piaule à répéter des tours de magie moldu.

Quelle tête ferait Eddie en apprenant que son frère avait une sonde alien dans le cul et des potentiels pouvoirs extraterrestres ? Je ne sais pas si impressionné était vraiment le mot. En fait quand on supportait Chris depuis le jour de sa naissance, on n'était plus si facilement impressionné. En revanche leur mère elle ne s'y faisait pas. Eddie monta le son de sa musique pour couvrir les hurlements éplorés de Donna Walker. Il ignorait quel drame venait de toucher leur famille, mais il ne voulait surtout pas le savoir. Qu'on le laisse tranquille dans son antre, à peindre ses petits warhammer avec sur les oreilles un enregistrement un peu pirate de la dernière chanson de Slow Kids at Play. Il releva de justesse son petit pinceau à trois poils, quand sa mère entra en trombe dans sa chambre. Par instinct il avait senti qu'elle déboulait les escaliers pour venir lui casser les pieds jusque dans son sous sol. Il venait de passer trois quart d'heure à faire des jolis dégradés de noir et de violet sur la cuirasse de son général eldar, pas moyen qu'on vienne tout foutre en l'air en le faisant sursauter. Il baissa son casque, faisant mine de faire preuve de bonne volonté et de l'écouter. Il savait qu'il n'aurait la paix que quand elle se serait lassée de faire du scandale. En attendant il fallait faire le dos rond.


« Eddie ! Ton frère est à l'hôpital ! Il a eut un accident et il vient d'envoyer un message facebook pour dire qu'il va passer une IRM. »

Eddie leva un sourcil. Qu'est ce que c'était encore que cette nouvelle connerie ? Il avait patiemment désactivé toutes les notifications polluantes émanant de son frère. Il postait pour tout, sur tout les réseaux en même temps, c'était insupportable. Pour montrer une photo de son repas, pour raconter ce qu'il comptait de toute façon raconter toute la soirée sur sa stupide radio, pour lancer des polémiques pourries, pour troller par twitter et pour faire de la politique là ou personne ne l'attendait en balançant un vlog bizarre. Combien de fois est ce qu'il avait dit à sa mère d'arrêter de le suivre. Si elle voulait lui parler elle n'avait qu'à lui passer un coup de fil. C'était totalement idiot de mater toutes ces exhibitions puériles. Ouvrant une page sur youtube, Eddie garda ses yeux pâles rivés à l'écran. En effet Chris avait posté une tonne de nouveautés sur sa chaîne depuis la dernière fois qu'il l'avait consulté. Dont toute une série de vidéo datées du jour même. C'était tout Chris ça, se retrouver à l'hosto et ne pas prendre une minute pour appeler sa mère en panique. Par contre pas de problèmes pour faire un vlog. Glissant son pinceau sur son oreille, Eddie chargea la vidéo la plus récente et sa mère s'accouda à sa chaise pour regarder.

Hébété par la débilité de son aîné, il l'écouta parler de son « accident », à savoir sa rencontre du troisième type avait une bande de gris dans une soucoupe, et détailler tout les examens qui semblait faire avec plaisir. Eddie n'était certes pas le mec le plus sociable du monde, mais il devait reconnaître que clairement son attitude bizarre n'avait aucune comparaison avec celle de son frangin. Et cette fois il avait prit un méchant coup sur la tête. Eddie dévisagea sa mère, est ce qu'elle aussi trouvait qu'il avait définitivement pété un câble ? Heureusement que leur père n'était pas là pour voir ça sinon c'était sur que ça allait partir en sucette. La vidéo se termina sur la promesse de donner des nouvelles dans les heures suivantes. Eddie n'osa rien dire. Qu'est ce qui était le plus flippant ? Le fait que Chris raconte à qui voulait l'entendre qu'il avait été kidnappé par des extraterrestres, ou le fait plus troublant encore qu'il se soit fait interner lui même ? Non clairement cette fois il avait frappé fort. Donna Walker était choquée. Son garçon avait toujours été un peu fantaisiste, mais là ça dépassait les bornes. Se mettant à paniquer, elle se demandait à voix haute comment elle allait s'organiser pour aller le rejoindre. Il lui fallait le premier avion pour New Phoenix, mais comment est ce qu'elle allait faire pour le boulot ? Elle ne pouvait pas disparaître comme ça, et en même temps il était évident qu'elle devait s'occuper de lui...

Silencieux, Eddie regarda avec dépit la peinture sécher sur la figure en plastique de son eldar noir. Puis il releva les yeux, au dessus de son ordinateur se trouvait une étagère avec quelques manga et devant une troupe de Space Marins bien en rang. C'était ceux que Chris lui avaient légué en déménageant pour la grande ville. Ce qui était sans doute le truc le plus cool qu'il lui ait laissé, ça et sa piaule dans le sous sol de la maison.


« Écoute maman, je suis en vacances pendant encore un mois et ça ne me gêne pas d'aller voir Chris. Je te tiendrais au courant, mais ce n'est pas la peine de s'inquiéter, je suis sur qu'il va bien. Je m'occuperai bien de lui ne t'en fais pas. »

———————— ϟ ————————
The truth is out there  -  Marten Sans_t11
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


The truth is out there  -  Marten Empty
MessageSujet: Re: The truth is out there - Marten   The truth is out there  -  Marten Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

The truth is out there - Marten

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dolph Ziggler & Tyson Kidd vs R-Truth & Sheamus.
» Somalia Coast Guards - Knaan Speaks Truth unlikely to be heard on CNN
» « The Truth is always the right answer » (terminé)
» 03. How to make truth from lies.
» When you know the truth, i'm not the same in your eyes / Bryan & Enora

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bellum Orbis :: Les contes de Beedle le Bard :: La pensine-