Tumblr  AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Where are we now ?! ♦ ft. Jessica

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Fidélité, bravoure & intégrité



ϟ Métier : Mashal Fédéral ϟ Âge : 37 ans ϟ Race et sang : Moldu ♦ Partisan du Nouveau Monde ϟ Statut civil : Marié



ϟ Messages : 285 ϟ Date d'inscription : 24/10/2015 ϟ Disponibilité RP : Non Disponible ϟ Célébrité : Santiago Cabrera ϟ Pseudo : Atae ϟ Crédits : P&C & Tumblr

MessageSujet: Where are we now ?! ♦ ft. Jessica   25.04.17 15:31


Where are we now ?
ft Jessica & Elijah



Elijah avait profité du fait d'avoir terminé toute la paperasse pour faire un saut rapide à New Phoenix. Il était question de voir sa famille, mais ces derniers n'étaient pas chez eux. Ils se trouvaient à Las Vegas, où son père avait une conférence avec d'autres professeurs et où sa mère pensait retrouver quelques amies, du temps où elle faisait encore actrice dans des séries B. Elijah était donc retourné à son appartement. C'était un appartement pas loin du centre-ville de New Phoenix. C'était un oncle de la famille qui lui avait parlé de cette offre et il en avait profité, mais il ne restait que quelques mois pas an dans cet appartement, tout au plus. En effet, avec son travail, il avait tendance à vadrouiller un peu partout dans le pays et les chambres d'hôtels étaient davantage son quotidien que l'appartement qu'il possédait à New Phoenix. Cela ne le dérangeait pas outre mesure. Il ne savait pas si c'était parce qu'il s'y était habitué ou parce que son appartement, à New Phoenix, ne représentait rien de particulièrement important à ses yeux, si ce n'est qu'il lui fournissait un endroit pour se poser quand il n'avait pas d'enquête en cours. Pour Shun, c'était complètement fou de se poser à New Phoenix quand son bureau se trouvait à Washington. Elijah avait dû lui expliquer qu'il y avait une bonne raison à cela : d'une part il n'aimait pas l'ambiance de la capitale qui semblait grouiller de politiciens au mètre carré et d'autre part, New Phoenix avait une place particulière dans son cœur. En effet, nul ne pouvait prétendre le connaître s'il ignorait combien New Phoenix avait joué une part importante dans son développement personnel. Ce n'était pas parce qu'il soutenait les idéaux des Partisans du Nouveau Monde qui faisait qu'il avait un attachement certain pour la ville. Il y avait pleins d'autres villes qui soutenaient les partisans et qui étaient très agréables à vivre, mais aucun autre n'avait la même vue que New Phoenix. Lorsque Elijah posait les yeux sur les tours Yaxley, si grandes et si étincelantes au soleil, il n'y voyait pas là le symbole de l'hégémonie des familles sorcières à l'origine de la création des Partisans du Nouveau Monde. Pour lui, elle était l'évocation du souvenir, de ses années obscurs où il avait été entouré de ses meilleurs amis qui lui avaient permis de se dépasser et d'être là où il en était.

Elijah avait tout eu pour avoir une enfance tranquille : une famille aimant, un foyer et de quoi vivre chaque jour sans être dans le besoin. Tout cela avait été réduit à néant par l'incident de la Californie où Elijah avait été un des rares survivants, mais où il avait pu voir ses grands-parents mourir devant ses yeux. Pendant son enfance, il n'y eut pas vraiment de réactions à ce tragique épisode si ce n'est quelques terreurs nocturnes. Les conséquences eurent davantage d'effet à mesure qu'il grandissait et qu'il faisait face à la crise de l'adolescence. Il était devenu un vrai manique du rangement. Chaque chose avait sa place et cela devait être symétrique. Un conseiller scolaire lui expliquerait par la suite, qu'il avait acquis un TOC probablement à cause d'un choc post-traumatique à retardement. Son attitude rebelle et indisciplinée durant ses années collèges devaient aussi être la conséquence de ce qu'il avait vécu à huit ans, en Californie. Le suivi offert par l'association DCC98, qu'il avait eu après l'incident, n'avait pas été suffisant. Il lui avait alors fallu le reprendre à quatorze ans. C'était pour lui permettre de mettre en avant sa thérapie que ses parents l'avaient inscrits dans un lycée, loin de leur quartier, pour lui permettre de partir sur de bonnes bases et cela avait marché. Il s'était inscrit au football, avait participé davantage à l'école et s'était même trouvé une petite amie. Il s'agissait bien entendu de Jessica. Elle faisait partie des premiers sorciers dont les parents, eux-mêmes sorciers, avaient décidé de placer dans un lycée « mixte » (comprendre pour les sorciers et les non-sorciers) où elle devrait suivre des cours supplémentaires en magie. Leur histoire avait démarré avec force et ils avaient tellement cru à la puissance de leurs sentiments qu'ils avaient décidés de se marier dès la fin de leurs études. Tout se passait bien au début, malgré les avertissements de leurs parents qui avaient trouvé cela trop rapide. Ils avaient eu raison. Peut-être auraient-ils dû attendre, mais ils ne l'avaient pas fait et on ne pouvait pas revenir sur le passé. Cela ne servait à rien de ressasser ce problème.

Il y avait eu des disputes, mais principalement c'était leurs aspirations qui n'étaient pas les mêmes. Elijah voulait faire partie des forces de l'ordre, c'était un hommage important pour lui que de le devenir à cause du destin de ce policier qui avait permis que le sien change. Sans ce policier, il ne savait pas trop où il en serait aujourd'hui. Jessica rêvait d'une carrière dans la justice. Cela avait été d'une décision commune qu'ils avaient décidés de poursuivre leur chemin de manière séparée, le temps de leurs études : lui les faisait au Texas et elle, les faisait à New York. Bien sûr, à la base, ils devaient se retrouver souvent lors des vacances ou d'autres jours fériés, mais les choses ne s'étaient pas passées comme cela. Les aspirations de chacun les retenaient au loin. C'est Jessica qui avait été frustré la première qu'il refuse de se déplacer. Les premières menaces de divorces étaient tombées à ce moment-là. Puis Jessica avait voulu se lancer dans la politique pour défendre les idéaux des Partisans du Nouveau Monde qui lui tenait à cœur. Pour Elijah, la politique ce n'était pas sa tasse de thé et il avait terminé au service des personnes disparues avec Shun, un natif de New Phoenix. La mort de ce dernier aura une répercussion importante pour Elijah. Elle cristallisera sa décision de faire table rase du passé et cela inclut pour la première fois sa décision de lui aussi demander le divorce. Il abandonne le service des personnes disparues et rejoint le bureau fédéral. C'est aussi le moment où il reprend contact avec un psychologue et fait la rencontre de Paige Rosier, une des héritières de la famille de sorciers partisans du Nouveau Monde. La jeune femme aura un impact significatif dans sa vie, de la même manière que Shun à ceci près qu'ils sont aussi différents que la lune et le soleil. Au centre de tous ces changements, il y avait toujours eu New Phoenix. Peu importait les missions dans des états lointains, New Phoenix restait au coeur de sa vie de près ou de loin.

Alors même si son appartement n'était pas si important à ses yeux, il se trouvait quand même dans un des lieux qui jouait un rôle dans sa vie. Voilà peut-être le point à retenir de tout cela. Elijah posa son sac dans la chambre et entreprit de faire les tâches les plus importantes dans l'ordre : défaire la valise, mettre le linge sale à laver, ouvrir les fenêtres, ranger la valise, faire un peu de ménage pour dégager la poussière et vérifier que chaque chose était à sa place. Son appartement faisait un peu maison témoin pour une agence immobilière, mais il lui était presque impossible de combattre son impulsion dictée par le TOC qui était le sien. Il y avait aussi une autre raison pour laquelle, il avait fait tout cela. Depuis qu'il était passé à Washington, il avait revu Jessica. Ce n'était pas anodin qu'ils se voient lorsqu'ils étaient à Washington. En effet, même pendant leur longue séparation, ils se retrouvaient et cela finissait en nuit passionnelle sans lendemain. Il y avait une explication claire à cela : la chose la plus difficile à faire (mais aussi la plus importance) dans leur couple, c'était la communication. Ils étaient tous les deux, ridiculement nul dans cet exercice et pourtant dans leur travail respectif ils étaient plutôt bons à ce jeu-là. Pour la première fois, ils s'étaient vraiment posés et ils avaient discuté. Jessica lui avait avoué essayé de faire des efforts et de travailler sur elle-même. Il lui avait assuré que lui-même faisait la même chose, par le biais de la psychologue du bureau fédéral. A la fin de leur discussion, ils avaient décidé de se donner une seconde chance. Jessica se trouvait à New Phoenix et ils avaient parlé de se retrouver. Elijah l'avait donc invité à la rejoindre chez lui. Il fallait profiter de cet entre-temps de l'enquête des quatre pour se poser un peu et mettre de côté les horreurs du pays. Même un agent du FBI a besoin d'un peu de repos avant de reprendre son devoir.

Elijah pensait offrir quelque chose à grignoter à Jessica, mais il arriva vite à la conclusion qu'il lui faudrait appeler quelqu'un pour livrer de la nourriture. Le frigo était vide et malheureusement, la cuisine n'était pas un de ces dons. Pendant ses études, il s'était principalement nourri de nouilles asiatiques et de pizza. Un régime assez calorique, mais heureusement il compensait l'apport important avec une pratique du sport intensif. Il venait de raccrocher le téléphone quand il entendit une sonnette vibrer, lui indiquant que quelqu'un cherchait à le joindre. Lorsqu'il répondit à l'interphone, il entendit distinctement la voie de Jessica à l'autre bout du fil. Il lui indiqua l'étage et lui ouvrit. Cela serait la première fois que Jessica viendrait, chez lui à New Phoenix. En vérité, il avait été plus souvent celui qui se rendait chez elle que l'inverse durant leurs années de séparation. Il faut dire que pendant ses études, il était en territoire Inquisiteurs et ce n'était absolument pas le bon endroit où inviter une sorcière à moins de lui souhaiter du mal, ce qui n'était pas son intention. C'était plus simple de se rendre à New York ou Washington. Ils avaient vécu ensemble deux ans, dans un minuscule studio au début de leur mariage, mais c'était dans la banlieue environnante de New Phoenix. Il faut dire qu'ils n'avaient pas vraiment les moyens de se loger mieux à cette période là. Ils n'étaient que deux étudiants et leur famille respective voulait qu'ils comprennent à quoi ils devaient faire face. Il leur arrivait bien sûr de les aider dans le besoin, mais ils étaient clairs sur un point : leurs enfants devaient apprendre à e débrouiller dans la vie, sans recourir à l'aide familiale tout le temps. C'était il y a fort longtemps. Le souvenir s'écarta lorsqu'il entendit quelqu'un frapper à la porte et cela ne pouvait être que Jessica. Il ouvrit la porte et l'accueillit d'un sourire.

« Bienvenue chez moi ! Tu verras c'est plutôt tranquille. » Dit-il en s'écartant pour lui laisser le passage. « Tu as réussi à trouver facilement ? C'est beaucoup plus simple d'accès que notre ancien studio. Je crois même que le bâtiment a été détruit avec les nouvelles mesures d'aménagement de la ville. Tu vas bien ? » Demanda le marshal.

C'était le premier pas, vers l'effort de sauver leur mariage et de passer à autre chose. Ils avaient échangé des paroles pleines de bonnes volontés à Washington et quelques gestes affectueux, mais c'est sur un autre terrain qu'on base les fondations d'une relation durable et épanouie.


Spoiler:
 

———————— ϟ ————————
ELIJAH FERNANDES
Great heroes need great sorrows and burdens, or half their greatness goes unnoticed. It is all part of the fairy tale.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



ϟ Métier : Chef du département de la justice à la maison blanche ϟ Âge : Trente sept ans ϟ Race et sang : Soricière de sang mêlé ϟ Particularité : Trop émotive ϟ Statut civil : Mariée à Elijah



ϟ Messages : 358 ϟ Date d'inscription : 10/10/2016 ϟ Disponibilité RP : Disponible ϟ Célébrité : Gugu Mbatha-Raw ϟ Pseudo : Elementary/Marjolaine ϟ Crédits : Avatar : noté dessus & Gif : tumblr

MessageSujet: Re: Where are we now ?! ♦ ft. Jessica   30.04.17 22:05

Il fallait que tout soit parfait pour mon rendez-vous avec mon mari. J'avais des choses bien précises à faire. J'avais créé une petite liste afin de ne rien oublier. Alors du coup je commençais par la première chose. Amener Snowy à garder chez mes parents. Il était évident que je ne pouvais pas le laisser dans mon appartement une nuit entière seul surtout si mon rendez-vous avec Elijah se passait comme je le pensais. Ce matin là, je m'étais levée et habillée rapidement. J'avais pris la laisse de Snowy et j'avais transplané chez mes parents le chien dans les bras. Depuis que j'avais Snowy je lui faisais faire des petits trajets en transplanage histoire qu'il soit bien habitué. Je toquais à la porte de mes parents et c'est mon père qui vient m'ouvrir. Il m'accueillit avec un sourire. Je l'embrassais sur la joue avant de lâcher Snowy. J'étais vraiment heureuse de me retrouver chez moi. Ma mère était elle assise dans le canapé comme habituellement. Je voyais  bien qu'elle était fatiguée plus qu'à l'accoutumer mais je ne disais rien préférant lui parler de tout et de rien. Snowy lui... Et bien il avait déjà ses habitudes chez mes parents et c'était très drôle à voir en fait. Mon père lui ouvrit la porte de la véranda afin qu'il se rende dans le jardin pour gambader. C'est alors qu'il me posa la question fatidique. Il me demanda pourquoi je devais leur confier mon chien et quand je lui donnais la raison il blémit. Je n'attendais pas à ce qu'il accepte et encore moins à ce qu'il soit heureux pour moi. Mon père ne tarda pas à me faire la morale me disant que je n'avais pas encore compris que mon époux en avait rien à foutre de ma paume si je reprends ses dires. Je ne laissais pas longtemps me démonter le moral. Je disais au revoir à ma mère et à mon père sans oublier ma petite boule de poils puis je transplanais de nouveau chez moi.

Tout était calme dans mon appartement. Continuant sur ma lancée, je me vidais la tête dans ma pensine. Je ne voulais pas avoir de pensées négatives surtout pour ce soir. Je voulais être la plus calme et la plus posée possible. J'envoyais juste un texto à Elijah pour savoir à quelle heure nous nous retrouvions. Quand je reçus la réponse, je me sentais déjà plus sereine. Il n'y avait plus que cinq heures qui me séparaient d'Elijah et j'avais l'impression que nous étions de retour à notre premier rendez-vous. Je souriais un peu bêtement avant de me lever de mon canapé pour aller me préparer. Je passais d'abord sous la douche puis une fois sortie j'enfilais mon peignoir. Dans le salon je prenais tout mon nécessaire à maquillage dans le but de me faire la plus jolie possible. Bon je n'étais pas une fan absolue de maquillage du coup il y aurait juste un coup de mascara, un peu de fard à paupière prune et un rouge à lèvres foncés. Je restais un moment dans le canapé afin de me détendre puis deux heures avant le rendez-vous, je me rendais dans ma chambre et je vidais littéralement mon armoire. Je devais essayer au moins une vingtaine de tenue avant de me décider pour un jean slim taille haute bleu jean et un chemisier blanc. Je mettais aussi un collier assez vieux que Elijah m'avait offert lors de notre premier anniversaire de mariage. Je regardais l'heure. Il était presque l'heure.

Il était temps pour moi d'y aller alors je ne me faisais pas prier. Je transplanais plusieurs fois jusqu'à arriver à l'adresse que Elijah m'avait donné. Je restais bien cinq minutes devant la porte de son immeuble. Il n'était pas évident pour moi de me rendre ici surtout que j'avais tant d'espoir. Je m'imaginais toujours un rendez-vous très romantique. Peut être que Elijah avait commandé un repas pour nous deux et qu'il avait dressé une jolie table. Peut être même qu'il serait content de me voir et qu'il me prendrait dans ses bras ou... Et merde ! Je n'avais rien amené. Bon j'avais une demi heure d'avance je pouvais toujours aller acheter une bouteille de vin. Je me rendais donc à la première supérette et j'achetais le meilleur vin que je pouvais y trouver avant de me rendre à nouveau devant la porte de l'immeuble de mon époux. Je sonnais et je ne tardais pas à entendre le voix de Elijah ce qui eut le don d'afficher un large sourire sur mes lèvres. J'étais vraiment heureuse. Je montais les escaliers jusqu'à l'étage et la porte qu'il m'avait indiqué et je toquais à la porte trois fois. Il m'ouvrit la porte et je mordais ma lèvre inférieure en le voyant.

« Bienvenue chez moi ! Tu verras c'est plutôt tranquille. »

Je déchantais un peu tout à coup. Chez lui ? Bon d'accord nous étions chez lui mais je n'oubliais pas qu'on devait de nouveau vivre ensemble et de ce fait... Bon je ne devais pas me laisser abattre. Ce n'était qu'un mot. Mon sourire ne s'était pas détachais de mon visage alors que mes yeux balayaient l'appartement des yeux.

« Ca a l'air super mignon chez toi.... J'ai amené une bouteille de vin. »

Je lui tendais la bouteille et j'enlevais ma veste et je la donnais à mon époux. Je ne savais pas trop comment me placer pour le moment je n'avais pas de repère et effectivement je ne me sentais pas chez moi surtout qu'il n'y avait aucun geste de la part de mon époux même pas un léger baiser. Mince il me semblait  bien qu'on devait repartir du bon pied non ? Avait-il changer d'avis ?

« Tu as réussi à trouver facilement ? C'est beaucoup plus simple d'accès que notre ancien studio. Je crois même que le bâtiment a été détruit avec les nouvelles mesures d'aménagement de la ville. Tu vas bien ? »

Un léger sourire s'afficha sur mes lèvres bien que je sois un peu déçue de son accueil. Je n'avais pas du tout imaginé cela. J'avais plutôt imaginé qu'il m'aurait pris dans ses bras, embrassé et qu'il serait plus qu'heureux de voir que je faisais vraiment des efforts alors que là c'était différent.

« Je ne me suis pas perdue dans les rues donc du coup je suppose que c'est plus facile que pour notre premier appartement où je m'étais perdue combien de fois déjà... ? Cinq ou six fois ? »

C'était de bons souvenirs. Alors il fallait que je me raccroche à cela. Je n'avais pas le choix et puis je croyais en notre mariage alors je prenais sur moi et je mettais de côté ma frustration première.

« Je vais bien oui merci et toi ? »

Je m'étais tournée vers lui en lui adressant un sourire. Il était judicieux pour moi de faire des efforts. Nous n'avions jamais avancé sur le même rythme et si je me montrais impatiente il m'échapperait. Alors il fallait que je me calme et que je me contrôle.

« Tu... Tu veux que je prépare quelque chose à manger pour ce soir ? »

Je savais qu'il n'était pas un cordon bleu et peut être que nous pourrions passer la soirée comme je l'avais imaginé. Je restais toujours debout au milieu de l'appartement avant de plonger mon regard dans le sien.

« Tu restes combien de temps à New Pheonix ? »

C'était une question primordiale pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Fidélité, bravoure & intégrité



ϟ Métier : Mashal Fédéral ϟ Âge : 37 ans ϟ Race et sang : Moldu ♦ Partisan du Nouveau Monde ϟ Statut civil : Marié



ϟ Messages : 285 ϟ Date d'inscription : 24/10/2015 ϟ Disponibilité RP : Non Disponible ϟ Célébrité : Santiago Cabrera ϟ Pseudo : Atae ϟ Crédits : P&C & Tumblr

MessageSujet: Re: Where are we now ?! ♦ ft. Jessica   18.06.17 0:50


Where are we now ?
ft Jessica & Elijah



Elijah avait peu de personnes autour de lui qui avaient décidé de ne pas laisser tomber leur relation difficile. En général, quand les choses n'allaient pas, la plupart des gens décidaient de mettre fin à leur relation amoureuse pour en démarrer une autre avec quelqu'un d'autre. Pour Elijah, c'était bien plus difficile de faire ce choix, voir même carrément impossible. Il avait été élevé dans la foi catholique par sa mère. Son père avait été baptisé plus jeune, mais il n'était pas très pratiquant. Par contre, les Deslieux avaient beaucoup pratiqué. Sa mère lui racontait qu'elle se rendait chaque dimanche avec ses grands-parents et qu'elle avait voulu partager cela avec ses enfants. Bien sûr, elle n'avait pas eu la chance d'en avoir beaucoup, contrairement à ce qu'elle avait voulu. Malgré son désir de partager cela avec son unique fils, elle n'avait cessé de lui répéter qu'il n'était pas obligé de l'accompagner. Enfant, il avait éprouvé un certain plaisir à se joindre à elle à l'église, tous les dimanches, mais en grandissant, il avait arrêté de la suivre. Il y avait eu toute cette période difficile durant son adolescence où il avait arrêté de venir et lorsqu'il avait fini par faire la paix avec lui-même, il y était retourné bien volontiers de temps en temps, sauf lorsqu'il était en mission. Depuis un certain temps, il se demandait même si toutes les simagrées autour de la religion avait un sens, quand on avait la foi, on n'avait pas besoin de le mettre en avant avec des églises et des prêtres. Il suffisait de savoir que Dieu nous portait dans son coeur et de suivre ses préceptes en essayant de rester bon et pieux. C'était peut-être pour cela qu'il se rendait à nouveau moins dans les églises. D'une certaine manière, s'il donnait une seconde chance à sa relation avec Jess, c'était parce qu'il croyait encore un peu aux liens sacrés du mariage et parce qu'il voulait croire que l'amour pouvait vaincre tous les obstacles. Pourtant, malgré les bonnes intentions, les choses sont toujours plus difficiles à mettre en place.

Jess avait fini par trouver son appartement et elle était apparue à l'entrée. Il était un peu gauche. C'était la première fois qu'elle venait chez lui, depuis qu'il ne vivait plus ensemble. Pendant, les deux ans où ils avaient vraiment vécu ensemble, ils n'avaient pas tant que cela eu le temps de se découvrir l'un l'autre, avant que les différentes crises ne viennent se mettre entre eux. Elle souriait et regardait son appartement avec attention, pourtant lorsqu'elle le décrivit, il sentit qu'elle faisait davantage preuve de politesse que d'autre chose. De toute évidence, elle s'était attendue à autre chose et ce n'était pas cela. C'était très poli et presque gentil de dire que c'était mignon chez lui, mais Elijah savait très bien à quoi ressemblait son appartement. C'était un logement fonctionnel où tout était calculé au millimètre près. C'est Cyrius qui en avait plaisanté la première fois, où il était venu chez lui pour passer une soirée autour d'une pizza et d'un vieux film qui était les seuls qui avaient la faveur d'Elijah. Il n'avait pas tort. C'était plus fort que lui, mais il était un véritable maniaque du rangement. Par exemple, dès qu'il sortait du lit, il lui fallait absolument le faire au carré avant de pouvoir sortir de la pièce, autrement, il avait cette drôle d'impression d’oppression. Il connaissait la place de chaque chose et d'un coup d’œil, il pouvait voir si un objet n'était pas à sa place où s'il avait été déplacé, même de quelques centimètres. Au dehors, il était plus difficile de montrer son excentricité, mais chez lui, il était le maître de chacun des objets et des pièces. C'est pourquoi, il trouvait la remarque de Jess sympathique. Il se souvenait qu'elle avait un logis beaucoup plus chaleureux et avec plus de décorations. C'était quelque chose pour laquelle elle était douée et qui lui importait. Pour Elijah, trop de décoration, c'était encore plus d'objet à tenir à l’œil et s'il n'y était pas forcé alors il n'en mettait pas. Le fonctionnel avant tout, aurait pu être le crédo de son appartement.

Jessica lui tendit une bouteille de vin qu'il regarda un instant sans dire un mot. Il espérait que c'était encore de la politesse, car il ne buvait pas. Peut-être aussi que c'était pour elle. Après tout, elle devait probablement se rappeler qu'il ne remplissait pas trop son frigo. Sinon c'était un oubli qui mettait encore plus en valeur le fait qu'ils avaient été éloignés l'un de l'autre pendant un long moment. Enfin, elle vivait à Washington, la ville des politiciens et il savait que tout était dans le paraître là-bas. La bouteille de vin devait aller avec l'imagerie d'une réception ou d'une soirée. Pour sa part, il n'aimait pas se retrouver dans une situation où il était impuissant, ainsi il évitait tout ce qui pouvait le mettre dans un état brumeux : alcool ou drogue. Sa seule addiction était le café. Il la remercia poliment d'un sourire, s'empara de la bouteille d'une main et de l'autre, prit celle de sa femme avec douceur pour la guider à l'intérieur, tout en refermant la porte d'un coup de pied. Il posa la bouteille dans la cuisine et pour relancer la conversation, il avait prononcé quelques phrases toutes simples, comme pour la mettre à l'aise. Sa femme lui assura qu'elle ne s'était pas perdue et que c'était un bon signe. Autrefois, elle semblait avoir plus de mal pour retrouver son chemin dans leur ancien logis. C'était un vieux souvenir plutôt cocasse. Il est vrai que ce n'était pas forcément simple d'accès, car mal indiqué. Aux yeux d'Elijah, c'était surtout que leur studio se trouvait dans un vieux quartier, avec des bâtiments pas tout récent et une signalisation qui avait dû connaître de meilleurs jours. Maintenant, tout avait changé et c'était devenu plus agréable et plus sympathique comme quartier. A sa question sur son état, elle assura qu'elle se sentait bien et elle lui retourna la question.

« Je vais bien. Après Chicago et notre victoire, on peut dire que cela booste la motivation. Mon épaule me lance encore un peu, mais d'après les médecins c'est normal. De toute manière, je n'allais pas rester clouer dans un lit d'hôpital plus longtemps. » Avoua-t-il sur le ton de la plaisanterie.

Il n'y a rien de plus horrible que les hôpitaux. Elijah les détestait de toute son âme. Il avait beau savoir qu'on y sauvait de nombreuses vies, pour lui, ces endroits étaient synonymes de morts, bien plus que les cimetières. Chaque fois qu'il avait terminé dans un de ces établissements de soin, c'était à la suite de nombreuses morts. La première fois, avait été quand il avait perdu ses grands-parents. Il aurait pu garder à l'image qu'on l'avait soigné et permis de vivre jusqu'à maintenant, mais il n'arrivait pas à garder cette image positive. Ainsi, dès qu'il lui était possible d'éviter ou de fuir un hôpital, il le faisait. Ce n'était que lorsqu'il n'y avait pas d'autre choix que le marshal se pliait à l'inévitable et allait là-bas. On lui avait conseillé de rester un peu plus longtemps et de ne pas oublier de refaire des examens. Il avait dit non à la première proposition et promis de ne pas oublier la seconde. Même s'il n'aimait pas les hôpitaux, il ne ferait pas l'erreur de ne pas vérifier que tout irait correctement. Après tout, il était un agent de terrain et il se devait d'être au mieux de sa forme. Il ne pouvait pas se permettre de faire que ses blessures ne guérissent pas correctement. Ce serait idiot.Il bougea son épaule pour montrer à Jessica que malgré tout, cela semblait bien marcher. Leur conversation était pour le moment superficiel, mais c'était peut-être mieux. Elijah n'était pas un homme qui perdait beaucoup de temps en belles paroles. C'était un homme d'action qui préférait montrer les choses que les expliquer. Même en amour, il restait plutôt discret. Il n'était pas de ces personnes qui ont besoin d'étaler leur amour à la face du monde, comme s'ils avaient quelque chose à prouver. Il préférait les petits gestes du quotidien pour prouver son amour. Cela avait bien marché pour ses parents et ils restaient son modèle dans la vie. Il y avait beaucoup de couple malheureux de par le monde. Certains attendent trop face à l'amour en oubliant que ce n'est pas toujours grandes eaux et fracas, déclarations enflammées et luxure abusive. A cela, il préférait une tendresse constante et une loyauté sans faille.

Soudain, Jessica lui proposa de faire le repas. Elijah fronça les sourcils. Pourquoi souhaitait-elle faire cela ? Il ne comprenait pas son besoin de tout contrôler. Il chassa d'abord cette idée. Il avait l'impression d'être trop méfiant et de chercher l'erreur à tout prit. C'était mal de réagir ainsi, pensa-t-il tout de suite. Il fallait reconnaître à Jessica le fait d'avoir proposé son aide. Elle devait se rappeler qu'il n'avait jamais été un bon cuisinier. Il possédait beaucoup de qualité et de savoir-faire, mais celui de savoir cuisiner, n'était pas le sien. Cela ne lui avait pas vraiment été utile et il savait quand même cuire des pâtes et faire une salade rapide. Pourtant, il se sentait mal face à la proposition de sa femme, même si elle partait d'un bon sentiment. Ce n'était pas parce qu'elle mettait en avant le fait qu'il ne savait pas cuisiner. Son ego n'était pas si gonflé qu'il ne supportait pas qu'on lui rappelle ses défauts. Surtout qu'il était maintenant un adulte. Continuer à prendre la mouche pour cela, mettait en lumière un caractère capricieux et narcissique qui n'était pas le sien. Pourtant, il avait invité Jessica et cela ne se faisait pas de faire faire la cuisiner à celui qui n'est pas l'hôte. Il avait bien entendu penser à ce qu'il fallait et commander au traiteur du coin avec option végétarienne pour sa femme. D'avance, il se doutait que ce qu'il allait dire à Jessica, ne lui ferait pas plaisir. Il sentait bien qu'elle misait beaucoup de choses sur cette rencontre après ce qui s'était passé à Washington. Le marshal lui-même avait quelques idées, mais il avait vite appris qu'en amour et dans les relations entre les gens, rien ne se passe jamais comme prévu. Il ne fallait pas trop en être déçu. Il s'apprêtait à y mettre les formes, puis il décida que non… ce n'était pas une bonne chose. Ils ne feraient que répéter les erreurs du passé.

« Je te remercie Jessica, mais je n'ai pas besoin que tu fasses la cuisine. Je ne t'ai pas fait venir pour que tu joues les cuisinières. J'ai déjà commandé au traiteur du coin quelque chose. Cela devrait arriver dans quelques minutes. » Il vint lui prendre les mains et les serra dans les siennes. « Il faut que tu te détendes. Nous ne jouons pas une dernière scène déterminante qui va dicter le reste de nos jours. Il faut que tu apprennes à lâcher du lest, si tu veux que ça marche. Tu as l'air tendu comme un arc et cela me rend mal à l'aise. On ne peut pas balayer des années de séparation, d'un coup de vent. Je ne veux pas d'une femme à la maison. J'aime une femme qui a été prête à tout sacrifier pour suivre sa carrière et s'imposer en politique pour changer le monde, pas une femme qui me fait de petits plats et m'attends sagement à la maison. Une telle femme n'aurait jamais été pour moi. J'en serai venu à la haïr de n'avoir d'autres attentes que celle de me faire plaisir. J'aurai l'impression d'être ce monstre qui profite d'elle. Cela me serait insupportable, une telle vie. Je ne suis pas fait pour le schéma classique avec maison, enfant et barrière blanche. Je pense qu'une relation se doit d'être unique et de s'adapter à toutes les situations. N'est-ce pas ce que tu veux ? »

Il lui sourit avec tendresse. Elijah ne savait pas si c'était ce qu'elle avait envie d'entendre, mais s'ils voulaient que ça marche, il avait décidé qu'il ne pouvait plus y avoir quiproquo et incompréhension. Autrement cela ne marcherait jamais. Il en était certain. Le marshal avait décidé qu'il ne supporterait plus ces rencontres qu'ils avaient eu pendant leurs années de séparation. Ils se voyaient rapidement, s'énervaient l'un contre l'autre pour des raisons qui n'avaient plus de sens et cela finissait dans une passion dévorante, entre les draps du lit. Le sexe n'avait pas sauvé leur mariage. Il était temps de voir les choses autrement. Il avait décidé qu'il serait parfaitement honnête jusqu'au bout. Plus question de faire semblant qu'une chose soit bien, si elle ne l'était pas. C'était les secrets qui venaient pourrir leur relation. Il y en avait eu. Il n'était pas idiot. En tant d'année, cela serait incroyable s'il cela n'avait pas été le cas. Il connaissait le caractère entêté de sa femme et il savait qu'il ne valait pas mieux à ce niveau-là. Ils étaient bien semblables, en tout cas concernant cette partie de leur caractère respectif. Au départ, pour mettre un terme à ce cercle infernal, il avait décidé que peut-être le divorce était la meilleure solution. En effet, même si cela allait à l'encontre de ses convictions, il n'avait pas trouvé de meilleur moyen de cesser toute cette mascarade qu'était devenu leur mariage. D'autant plus que Jessica l'avait réclamé à corps et à cri pendant de nombreuses années. Peut-être n'était-ce qu'un moyen de crier au secours d'une certaine manière, mais chaque fois qu'elle l'avait fait, il s'était senti un peu plus meurtri. Finalement, c'était Jessica qui avait offert une autre solution : reprendre les choses à zéro et voir si cela pouvait les mener quelque part. Elijah avait accepté tout en sachant que ce chemin était aussi ardu que le précédent. Jessica fini par lui demander combien de temps, il comptait rester à New Phoenix. Il semblait que sa question était à double lecture. Il le sentait, mais il aurait voulu qu'elle soit plus claire sur ce qu'elle voulait véritablement savoir.

« Je ne suis qu'en permission jusqu'à la seconde étape de l'enquête des quatre factions, qui doit désormais nous mener au Cercle et cesser les agissements. » Répondit honnêtement le marshal. « Mais ce n'est pas ce que tu voulais savoir, j'imagine. Qu'est-ce que tu souhaites véritablement savoir Jessica ? »

Alors qu'elle s'apprêtait à reprendre la parole. Le téléphone de l'appartement se mit à sonner. C'était le livreur qui était à l'entrée et qui ne savait pas qu'il venait d'interrompre une conversation importante. Le pauvre n'avait pas idée qu'il arrivait au pire moment.

———————— ϟ ————————
ELIJAH FERNANDES
Great heroes need great sorrows and burdens, or half their greatness goes unnoticed. It is all part of the fairy tale.
© ZIGGY STARDUST.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar



ϟ Métier : Chef du département de la justice à la maison blanche ϟ Âge : Trente sept ans ϟ Race et sang : Soricière de sang mêlé ϟ Particularité : Trop émotive ϟ Statut civil : Mariée à Elijah



ϟ Messages : 358 ϟ Date d'inscription : 10/10/2016 ϟ Disponibilité RP : Disponible ϟ Célébrité : Gugu Mbatha-Raw ϟ Pseudo : Elementary/Marjolaine ϟ Crédits : Avatar : noté dessus & Gif : tumblr

MessageSujet: Re: Where are we now ?! ♦ ft. Jessica   18.06.17 16:57

L'état de santé de mon époux m'avait toujours inquiété bien que je ne l'avais pas beaucoup montré ces dernières années. J'avais su toutes les blessures qu'il avait eu et les médecins avaient pour la plupart rencontré une femme totalement hystérique qui réclamait les meilleurs soins pour son mari. J'espérais que Elijah ne le savait pas. Je ne pensais pas qu'il apprécierait le fait que j'ai insulté plusieurs de ses médecins.

« Je vais bien. Après Chicago et notre victoire, on peut dire que cela booste la motivation. Mon épaule me lance encore un peu, mais d'après les médecins c'est normal. De toute manière, je n'allais pas rester clouer dans un lit d'hôpital plus longtemps. »

Je le regardais bouger son épaule en riant. Visiblement ça allait mieux et j'en étais contente.

« Non ça ne te ressemblerait pas de rester des jours et des jours cloués au lit. »

Au non plutôt mourir que de rester à l'hôpital pour Elijah. Il me l'avait déjà prouvé au lycée quand il se blessait. Il fallait à cette époque que j'insiste pour qu'il se fasse soigner. Eli avait toujours eu le dernier mot et bien souvent à cette époque je me transformais en infirmière ce qui n'était pas du tout pour me déplaire. Du coup qu'il me dise que là ça allait ça me faisait plaisir. Nous pourrions profiter de cette soirée et puis savoir qu'il serait remis pour reprendre l'enquête me rassurer encore plus.

« Je te remercie Jessica, mais je n'ai pas besoin que tu fasses la cuisine. Je ne t'ai pas fait venir pour que tu joues les cuisinières. J'ai déjà commandé au traiteur du coin quelque chose. Cela devrait arriver dans quelques minutes. »

J'acquiesçais. Nous pourrions passer plus de temps à discuter ou à se retrouver je ne savais pas mais au moins nous n'aurions pas de vaisselle à faire tout à l'heure.

« Parfait alors. »

Je lui souriais et j'accueillais ses mains avec soulagement. Enfin. Il faisait enfin un geste vers moi et ça eu le don de me détendre un peu. Je me sentais mieux. C'était fou de constater qu'un simple geste avait le don de m'aider à me sentir mieux. Et son sourire... Cela me faisait fondre et étonnement ses paroles ne m'énervèrent pas le moins du monde. Il avait raison sur toute la ligne.

« Il faut que tu te détendes. Nous ne jouons pas une dernière scène déterminante qui va dicter le reste de nos jours. Il faut que tu apprennes à lâcher du lest, si tu veux que ça marche. Tu as l'air tendu comme un arc et cela me rend mal à l'aise. On ne peut pas balayer des années de séparation, d'un coup de vent. Je ne veux pas d'une femme à la maison. J'aime une femme qui a été prête à tout sacrifier pour suivre sa carrière et s'imposer en politique pour changer le monde, pas une femme qui me fait de petits plats et m'attends sagement à la maison. Une telle femme n'aurait jamais été pour moi. J'en serai venu à la haïr de n'avoir d'autres attentes que celle de me faire plaisir. J'aurai l'impression d'être ce monstre qui profite d'elle. Cela me serait insupportable, une telle vie. Je ne suis pas fait pour le schéma classique avec maison, enfant et barrière blanche. Je pense qu'une relation se doit d'être unique et de s'adapter à toutes les situations. N'est-ce pas ce que tu veux ? »

Je soupirais mais pour me détendre. Il avait raison je me mettais trop la pression pour rien. Je connaissais Elijah et je savais comme faire pour lui plaire alors pourquoi je me mettais autant de pression ? Peut être parce que je voulais encore plus qu'avant l'avoir à moi. Je caressais ses mains de mes pouces et tout sourire je lui répondais sur un ton de confidence :

« Si bien sûr... Mais tu sais tu m'impressionnes toujours autant... J'ai l'impression d'être redevenue cette ado qui ne pensait qu'à son petit ami le beau footballeur... Bon sauf quand je travaille mais ça c'est parce que je suis cette femme que tu as décrite avant... Mais je me pose sans doute trop de questions. Je devrais me laisser aller tu as raison. »

Et sans m'en rendre compte j'avais serré plus fortement ses mains entre les miennes et je m'étais approché de lui réduisant l'espace qui nous éloigner comme pour me rassurer ou pour tout simplement mettre de l'intensité dans mes mots. Il pouvait lire dans mes yeux que je ne lui mentais pas. De toutes les façons je ne lui avais jamais menti donc je ne voyais pas pourquoi je commencerais aujourd'hui. Je lui demandais alors combien de temps il comptait rester à New Phoenix. Je voulais avoir combien de temps nous avions tous les deux et s'il voulait bien que je reste avec lui ce laps de temps.

« Je ne suis qu'en permission jusqu'à la seconde étape de l'enquête des quatre factions, qui doit désormais nous mener au Cercle et cesser les agissements. Mais ce n'est pas ce que tu voulais savoir, j'imagine. Qu'est-ce que tu souhaites véritablement savoir Jessica ? »

J'allais reprendre la parole mais le téléphone de l'appartement se mit à sonner. Je baissais les yeux puis je m'appuyais contre la table du salon alors que Elijah indiquait au livreur l'étage et la porte. Je regardais mon époux et je souriais. C'était un vrai rendez-vous qu'il nous avait prévu et ça me faisait plaisir. Bien sur ça ne m'aurait pas gêné de cuisiner pour lui parce que les rares fois où je l'avais fait il avait semblé apprécier ma cuisine mais j'étais aussi heureuse qu'il ait pris cette initiative. Je souriais au livreur quand Elijah allait ouvrir la porte puis j'attrapais mon sac pour donner un pourboire. J'avais réfléchi à ce j'allais répondre à la dernière question d'Elijah.

« Merci beaucoup Monsieur. Bonne journée. »

Je souriais au livreur puis je lui donnais le pourboire puis une fois la porte fermée, je m'approchais de mon époux qui était en train de déposer les paquets sur la table du salon. Je passais alors mes bras autour de sa taille et avec tendresse je le serrais contre moi. Mon front contre son dos, j'essayais de puiser dans sa force pour trouver les bons mots pour qu'il comprenne que je pensais comme lui et que je ne voulais pas créer de conflit entre nous deux. Peut être que je m'étais mal exprimée depuis le début ou que mon côté à vouloir tout contrôler était ressorti. Je ne saurais le dire mais il ne fallait pas qu'il pense que je venais chercher une dispute. Loin de là. Je le faisais se retourner vers moi et j'entrelaçais nos doigts comme il l'avait fait quelques minutes auparavant. Je plongeais alors mon regard dans le sien et j'affichais un sourire.

« Elijah. Je ne cherche rien de plus qu'à savoir combien de temps je peux passer avec toi avant que tu ne repartes sauver le monde et si tu veux que je reste un peu avec toi aussi... »

Je souriais à nouveau. Si quelques années auparavant ça aurait pu être un reproche là ce n'était pas du tout le cas bien au contraire. Je voulais bien qu'il comprenne que je voulais juste passer du temps avec lui. Bien sur que je voulais emménager le plus rapidement possible avec mon époux parce que j'avais peur qu'il se rétracte ou je ne sais pas quoi d'autre. Mais je savais aussi que je ne pouvais pas l'obliger et que vouloir lui imposer quelque chose n'était pas la meilleure des choses à faire avec lui.

« Il n'y a rien de plus. Je veux juste savoir combien de temps j'ai avec toi pour en profiter. Pour ne plus laisser filer une minute, ne plus perdre de temps... Mais peut être que je devrais arrêter de me poser des questions pour profiter justement. »

Je souriais à nouveau. Finalement la thérapie avait eu du bon. J'avais réussi à être moins impérative et surtout à accepter beaucoup plus de choses. Peut être que j'étais aussi devenue plus patiente ou que j'arrivais plus facilement à ne pas m'énerver pour des broutilles. En tout cas la joie que j'avais de passer du temps avec lui ne pouvait disparaître même s'il cherchait la petite bête.

« Je te veux toi Elijah. C'est tout. »

Je lui souriais avant de déposer un baiser sur sa joue. Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas mise autant à nue devant lui et bien que je me sentais libérée j'avais quand même la crainte qu'il n'en soit pas au même stade que moi, qu'on ne soit pas encore une fois sur la même longueur d'onde. J'étais prête à toutes les sacrifices pour lui. Je pouvais tout accepter mais je ne savais pas s'il s'en rendait compte. Je commençais pas défaire les paquets et je vis qu'il avait pensé à moi en prenant un plat végétarien. Je souriais alors bêtement.

« Merci... D'y avoir pensé... pour le plat. »

Je lui adressais un petit regard puis je détournais mes yeux. Ridicule en amour. Moi qui était toujours très sûre de moi, je n'étais plus cette façade face à l'homme que j'aimais. Pourquoi ? Je ne saurais le dire mais sûrement que Elijah arrivait à faire ressortir mon vrai visage. C'était peut être ça tout simplement l'amour, rendre meilleur la personne avec qui on est et Elijah excellait dans ce rôle. Il me rendait meilleure plus sereine malgré les soucis et nos conflits. Il avait beaucoup de pouvoir sur moi qu'il ne le pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Where are we now ?! ♦ ft. Jessica

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 4- Jessica Burciaga vs 5- Alexandra
» Avez-vous déjà vu deux blondes dans un magasin ? Maintenant oui... [Jessica Farelly]
» Jessica Marquis ( Fini )
» Souris c'est toi qui est ! || Jessica
» Jessica Jaco tout simplement ! [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bellum Orbis :: le nouveau-monde :: New-Phoenix :: Les Habitations-